Connect with us

People

Disparition de Delphine Jubillar : les aveux du codétenu de Cédric sont-ils vrais ?

Published

on

Depuis un an, l’enquête sur la disparition de Delphine Jubillar semblait piétiner. Mais il y a quelques semaines, un ancien codétenu de Cédric à la prison de Toulouse-Seysses a totalement bouleversé l’enquête en affirmant avoir recueilli des confidences du peintre-plaquiste qui lui aurait avoué avoir tué sa femme. « La Dépêche » fait le point sur ces déclarations.

En décembre 2021, un ancien codétenu de Cédric lâchait une véritable bombe aux gendarmes chargés de l’enquête concernant la disparition de Delphine Jubillar. Confiant avoir noué une amitié avec le peintre-plaquiste incarcéré depuis le 18 juin 2021 pour « homicide sur conjoint » et placé à l’isolement à la prison de Toulouse-Seysses, cet homme affirmait aux enquêteurs que Cédric lui avait confié avoir enterré sa femme Delphine près d’une « ferme qui a brûlé » à Cagnac-Les-Mines.

Lire Aussi  Disparition de Delphine Jubillar : Cédric réagit aux révélations accablantes de son codétenu !

De plus, il révélait que sa nouvelle petite-amie Séverine était au courant du meurtre de l’infirmière et qu’ils avaient monté ensemble un plan macabre pour déplacer son cadavre à Montauban, près du domicile de l’ancien amant de l’infirmière. Selon La Dépêche, des vérifications techniques sur ces allégations ont depuis été effectuées mais « à ce jour, aucun élément ne permet d’accréditer la véracité des déclarations de Cédric Jubillar« . Le journal précise néanmoins que « d’autres vérifications sont toujours en cours« .

Alors, les déclarations de cet ancien codétenu de Cédric Jubillar sont-elles vraiment à prendre au sérieux ? Il est vrai que les enquêteurs avaient effectivement confirmé avoir trouvé une preuve d’une rencontre entre Séverine et ce codétenu au cours de la deuxième quinzaine de novembre. Selon Le Parisien, elle l’aurait effectivement conduit au début de la route de campagne menant à l’exploitation agricole à laquelle Cédric Jubillar faisait référence lorsqu’il confiait avoir enterré le corps de Delphine à Cagnac-les-Mines. Interpellée le 15 décembre 2021 par les gendarmes de Gaillac, cette aide-soignante de 44 ans est pourtant repartie libre le lendemain, faute de preuves.

Lire Aussi  "Ne parlez pas comme ça de ma femme" : La colère d'Eric Zemmour face à Anne-Elisabeth Lemoine

De plus, il se pourrait bien que les déclarations de ce codétenu soient juste pour lui un moyen d’obtenir une remise de peine ou d’autres avantages. Rappelons qu’il n’est pas rare dans le cas d’affaires médiatisées que des prisonniers tentent d’extorquer des informations auprès de détenus célèbres afin de monnayer leurs informations aux gendarmes.

Cédric Jubillar reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu’au jugement définitif de cette affaire.

Á La Une