Connect with us

Divertissement

Samuel Eto’o : le patron de la Fecafoot victime d’un complot

Published

on

D’aucuns ont cru que Samuel Eto’o Fils n’était pas au Stade Olembe le 9 janvier 2022, jour d’ouverture de la 33e édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Aucune caméra ne l’a montré. Déjà, il ne figurait pas dans le programme officiel de la cérémonie.


Plus grave, il n’a pas été aux côtés du président de la Confédération africaine de football (CAF) pour accueillir le Chef de l’État Paul Biya.


Pourtant, comme le rappelle bien notre confrère Mutations dans son édition parue ce 11 janvier 2021, à la CAN féminine 2016 qui s’est jouée dans notre pays, Tombi A Roko président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) de cette époque, avait son siège tout près de celui du patron de la CAF.

Samuel Eto’o Fils était donc bel et bien au stade. Il ne se doutait pas du sale coup que lui ferait le protocole. Lui qui a aussi œuvré pour que la CAN ne soit pas reportée.

Lire Aussi  Carmen Sama: « ce sont mes prétendants qui m’offrent une vie de luxe mais je suis célibataire »

« Il y était pourtant, mais à la remorque de cette loge. Flairant une volonté manifeste du protocole de lui faire écran, le meilleur buteur de l’histoire de la Can a dû quitter son siège pour rejoindre la loge d’artistes.


Dans des vidéos tournées dans ce compartiment, qui circulent sur les réseaux sociaux, on l’y voit d’ailleurs très à l’aise avec la star congolaise de la Rumba Fally Ipupa, qui venait de prester devant le président de la République, Paul Biya, lors de la cérémonie d’ouverture.


Qui donc a intérêt à voir l’icône du football camerounais mise en marge de cette Can que le Cameroun attend depuis 2019 ?


Dans l’entourage d’Eto’o, en tout cas, plus d’un refusent d’admettre que ce qu’il s’est passé à Olembé ait été une simple erreur du protocole », peut-on lire dans les colonnes de notre confrère.

Lire Aussi  Couple : voici comment surmonter la jalousie dans votre relation

Advertisement

Á La Une