Connect with us

Divertissement

Alif Naaba régale les burkinabés avec son nouvel opus « So Wok »

Published

on

Il est de cette génération de chanteurs du continent africain qui sont devenus des acteurs socio-culturels de leur pays, Alif Naaba imprime sa marque et ses valeurs sur la scène musicale du Burkina Faso avec son 5e album So Wok.

Presque partout au pays, ses chansons sont écoutées. Ambassadeur de la paix et de la citoyenneté Alif Naaba est sur les affiches officielles dans la capitale africaine du cinéma. Son visage souriant et les gestes bienveillants qui accompagnent les messages le rendent instantanément aussi sympathique.

Il ne faut pas longtemps pour que l’image prenne vie, du moins en musique. Poko, un des titres de son nouvel album So Wok, fait partie des chansons diffusées en haute rotation sur les radios locales. « Celle-là, je l’ai faite pour que les gens dansent », a t-il légendé sur son post liké des milliers de fois.

Lire Aussi  Sueurs nocturnes, éruptions cutanées… les symptômes du variant Omicron

Objectif atteint pour l’artiste d’habitude plutôt apparenté au courant folk africain. De la mélodie au mix, du tempo aux arrangements, il a réuni tous les ingrédients indispensables. Cet album aux sensations retrace la carrière de l’artiste.

L’ex-lauréat du dispositif Visa pour la création a ainsi pu jouer en 2015 au Laos, au Vietnam, en Indonésie, au Mexique, composer la musique de la pièce Ngwino Ubeho de la dramaturge Odile Gakire Katese à l’occasion des commémorations du quinzième anniversaire du génocide rwandais.

Il sait aussi que l’Afrique est un marché à elle seule. D’où sa présence au salon sud-africain Acces, fin 2021, dont il est reparti avec quelques idées qui vont nourrir sa réflexion pour la prochaine édition des Rencontres musicales africaines (Rema), cette manifestation qu’il a initiée en 2018.

Lire Aussi  Copa Barry à Samuel Eto’o Fils : “Même Léo Messi, septuple ballon d’or est…”

Sur le plan artistique, le chanteur burkinabè récompensé chez lui par un Kunde d’Or en 2014 n’hésite pas à revendiquer l’influence du Sénégalais Ismaël Lô, dont il écoutait les tubes sur sa petite radio en rentrant de l’école au début des années 90. « Avec ses chansons, tu voyages. Tu vois toute l’Afrique. Tu vois les cases, les villes ; tu peux même sentir les odeurs du continent. Il a une belle manière de le peindre », dit-il au sujet de celui avec qui il a tissé des liens depuis qu’il a fait sa première partie en France en 2007 et qu’il a logiquement invité sur son nouvel album.

En compagnie de six autres figures de la musique du Burkina, il avait interprété le classique One Love de Bob Marley. Intitulée « One Love Burkina », la version qu’il en donne avec ce collectif ad hoc, à la fois fidèle et originale, possède les mêmes vertus que celle du roi du reggae.

Lire Aussi  Lolo Beauté très remontée contre son frère Makosso : ”Dissociez mon image de celle de mon frère… Je ne suis plus dans ses bêtises”

Lire aussi : Iba One enflamme les réseaux avec « Deniyo »

Advertisement

Á La Une