Connect with us

Divertissement

Lambert Amon Tanoh est mort : Le témoignage émouvant de Serge Bilé

Published

on

Lambert Amon Tanoh n’est plus. Le père de Marcel Amon Tanoh s’est éteint le jeudi 13 janvier 2022 à l’âge de 96 ans. Devant la triste nouvelle qui frappe la Côte d’Ivoire, l’écrivain franco-ivoirien Serge Bilé livre un émouvant témoignage sur la vie de ce compagnon de feu Félix Houphouët-Boigny.

Lambert Amon Tanoh rejoint Houphouët, Yacé…

Père de l’ancien ministre des Affaires étrangères Marcel Amon Tanoh, Lambert Amon Tanoh est décédé le jeudi 13 janvier 2022. L’ex-ministre de l’Éducation nationale de Félix Houphouët-Boigny était âgé de 96 ans. Il avait nommé à la tête de l’école ivoirienne été en 1963 par le premier président de la République de Côte d’Ivoire. Il demeure à ce poste jusqu’en 1970.

À la mort de Lambert Amon Tanoh, Serge Bilé n’a pu s’empêcher de plonger dans ses souvenirs pour en sortir un témoignage sur ce grand serviteur de l’État. « Il y a 4 ans, j’étais allé le voir dans sa maison à Abidjan. Lambert Amon Tanoh m’avait parlé pendant des heures de son lien avec mon père, de son compagnonnage avec Félix Houphouët-Boigny, de ses hauts faits comme ministre de l’Éducation nationale qui avait accompagné l’indépendance de la Côte d’Ivoire », a écrit l’écrivain franco-ivoirien sur sa page Facebook.

Lire Aussi  Manchester United : ”Cristiano Ronaldo provoque la désunion et la discorde…Ce n’est pas ce que fait un leader”

« J’étais le neveu à la fois lointain et éloigné qu’il avait entr’aperçu autrefois et qui rêverait son nom et son parcours. J’aime d’ailleurs écouter les grands hommes du passé et le récit de leurs combats dont nous sommes aujourd’hui les héritiers. J’avais été sollicité par la suite pour écrire un livre sur lui afin de laisser une trace de ce qu’il a été et de ce qu’il a fait. Le projet n’avait finalement pas abouti. Lambert Amon Tanoh est mort, mais on se souviendra de lui comme d’un homme exigeant et affable qui a contribué à construire un pays en se mettant au service de sa jeunesse et de ses travailleurs », a tenu à rappeler le journaliste natif d’Agboville.

Partager:

Lire Aussi  Togo : L’Institut Français recrute (17 novembre)
Share on Reddit Share on WhatsApp Share on Telegram
Advertisement

Á La Une