Connect with us

Divertissement

Un professeur en prison pour faveur sexuelle en échange des notes ; les faits

Published

on

Un tribunal marocain a condamné un professeur d‘université accusé d’avoir échangé des notes contre des faveurs sexuelles à deux ans de prison.

Le verdict de mercredi à Settat, une ville située à environ une heure de route de Casablanca, marque le premier d’une série de jugements qui devraient être rendus ce mois-ci alors qu’un mouvement contre le harcèlement sexuel balaie les universités marocaines.

Le professeur d’économie à l’Université Hassan I de Settat, qui n’a pas été nommé par les médias locaux, a été reconnu coupable d’attentat à la pudeur, de harcèlement sexuel et de violence, ont rapporté les médias locaux.

Université Hassan I de Settat. Crédit Photo : La Vie Eco

Quatre autres professeurs inculpés dans le scandale du “s*xe pour les notes” qui secoue ce pays d’Afrique du Nord seront condamnés le 24 janvier, a rapporté jeudi la chaîne de télévision marocaine 2M . Les poursuites sont intervenues après que des fuites de conversations entre les professeurs et étudiants accusés soient devenues virales sur les réseaux sociaux en septembre, selon Morocco World News . Les professeurs auraient exigé des faveurs sexuelles en échange de « bonnes notes ».

Lire Aussi  « Il m’a jetée sur le lit »… Claude François a-t-il agressé Sophie Darel ?

Le scandale a conduit le doyen de la faculté de droit et d’économie de l’université de Settat à la démission en novembre. Depuis lors, des étudiants de tout le pays se sont manifestés en accusant des professeurs de faire des propositions similaires. Dans la ville d’Oujda, dans le nord-est du pays, une ancienne étudiante a déclaré qu’un professeur de l’École nationale de commerce et de gestion avait menacé de ruiner sa carrière universitaire si elle ne lui offrait pas une “séance de s*xe oral”, a rapporté Morocco World News. Au milieu d’un tollé général, le gouvernement a lancé une enquête le mois dernier.

Le verdict de culpabilité de mercredi était rare pour le pays conservateur. La multitude d’enquêtes criminelles et de poursuites contre des professeurs pour harcèlement semble indiquer que le pays prend le harcèlement sexuel plus au sérieux.

Lire Aussi  Shanna Kress : harcelée durant un tournage, à bout, elle raconte son calvaire

Dans une déclaration au média marocain Yabiladi la semaine dernière, le Conseil national des droits de l’homme du pays a salué l’action rapide des autorités et a félicité les victimes de s’être manifestées « malgré les conséquences possibles de la criminalisation, de la diffamation et des attaques contre elles ».

Le conseil a également fait part de son “étonnement que les plaintes des étudiants aient été ignorées par un certain nombre d’administrations, des administrations universitaires et n’aient pas été suffisamment prises au sérieux”.

Advertisement

Á La Une