Connect with us

Divertissement

Guerre en Ukraine/ Des missiles russes frappent la ville d’Odessa: voici la raison

Published

on

La Russie maintient une pression aérien sur plusieurs villes du sud de l’Ukraine. Ce 3 avril, Moscou affirme avoir ciblé des infrastructures pétrolières dans la ville portuaire d’Odessa. C’est l’une des premières fois que cette ville stratégiquement importante pour la Russie est touchée.

C’est le ministère de la Défense russe qui l’annonce: l’armée affirme avoir frappé et détruit une raffinerie ainsi que des dépôts de carburant ce dimanche matin, par des frappes de missiles de logue portée au sud-ouest de l’Ukraine. Pour une fois, c’est la ville d’Odessa qui a été visée par les missiles de croisières russes. « Ce matin, des missiles maritimes et terrestres de haute précision ont détruit une raffinerie et trois sites de stockage de carburants et de lubrifiants près de la ville d’Odessa », a indiqué Moscou dans son point quotidien.

Lire Aussi  arim Benzema : cette déclaration d’amour au joueur par…enflamme la toile (photo)

Odessa était relativement épargnée par les actions militaires de la Russie. Il est vrai que les habitants étaient sous la menace d’un assaut terrestre, mais Moscou ne visait pas particulièrement la ville par des bombardements. La donne a changé. Sur ce point, la Russie donne des explications de son action du 3 avril.

Selon le ministère de la Défense russe, la raffinerie bombardée avec les trois sites de stockage de carburant fournissaient du carburant aux forces ukrainiennes qui défendent la vile de Mykolaev. Cette ville représente en fait le dernier verrou stratégique que Moscou doit prendre avant une opération terrestre vers le port d’Odessa. L’armée russe coupe donc l’approvisionnement en carburant aux unités motorisées qui sont dans la ville. L’attaque n’a pas fait de victimes, selon les Ukrainiens.

Lire Aussi  Cristiano Ronaldo : la star reçoit une première offre de… qui lui permettra de jouer jusqu’à 40 ans

Lire aussi: Guerre en Ukraine/ Le Pape agresse verbalement Vladimir Poutine, sans le citer

Advertisement

Á La Une