Connect with us

Business

Des déchets transformés en carburant au Kenya

Published

on

Chaque jour dans l’entreprise Sanivation située à une centaine de kilomètres de Nairobi, la capitale kényane, des excréments transportés par des camions seront bientôt transformés en combustible. Ils viennent déverser leur contenu dans d’énormes citernes construites à cet effet. Ces déchets sont transformés en charbon qui peut servir à la cuisson et au chauffage.

Selon l’entreprise kényane, la demande à doubler depuis la mise sur le marché de son produit. Les gens pensaient que ça sentait, mais ce n’était pas le cas parce qu’ils traitent très bien le déchet avant de fabriquer le produit et les gens l’utilisent même pour le barbecue. Quand ils ont décidé de penser à un autre produit, ils ont aussi pensé aux briquettes de sciure de bois, et c’est aussi une combinaison de déchets agricoles et bien sûr de déchets humains.

Lire Aussi  Créol : “Makosso… C’est un homme bon et je l’aime…”, la chanteuse fait des révélations

« Ce produit s’est en fait imposé sur le marché beaucoup plus rapidement que nous le pensions. Nous vendons actuellement plus de 120 tonnes et nous ne pouvons même pas répondre à la demande du marché. L’utilisation de ce combustible est très importante pour l’environnement dans la mesure où, pour chaque tonne utilisée, nous sauvons 33 arbres », explique Paul Manda, Directeur d’une usine chez Sanivation.

Avec la transformation des déchets humains, l’entreprise joue un rôle dans la préservation de l’environnement. Le bois n’est désormais plus la matière de base du charbon. Selon le Service des forêts du Kenya, le charbon de bois fournit de l’énergie à 82 % de la population urbaine et à 34 % des ménages ruraux.

L’entreprise veut se placer comme l’alternative à la préservation de l’environnement. « Nous sommes passés aux briquettes qui sont respectueuses de l’environnement, car elles ne produisent pas de fumée par rapport au charbon de bois normal et au bois de chauffage. De plus, si vous comparez la chaleur du charbon de bois normal et des briquettes, la chaleur des briquettes prend plus de temps, ce qui signifie que nous en utilisons moins par rapport à ce que nous utilisions auparavant », dit Mary Wangui, Directrice de la ferme florale Larmona.

Lire Aussi  Coupé-décalé : Safarel annonce l’achat d’une villa à une somme astronomique

Au départ, Sanivation ciblait les ménages comme clients potentiels. Mais après une faible demande l’entreprise a décidé de fournir des usines et des entreprises. Avec ses revenus, elle a pu créer des emplois, et convaincu des firmes d’opter pour une source d’énergie respectueuse de l’environnement.

A LIRE AUSSI : Au lac Kivu en RDC, des femmes produisent du café d’Idjwi, un arabica reconnu

Advertisement

Á La Une