Connect with us

Divertissement

Top 5 des danses africaines les plus connus dans le monde

Published

on

La danse fait partie intégrante de la culture africaine. C’est un moyen de communication. En Afrique, on dit que la danse est plus importante que la parole, elle permet de s’exprimer, voire même d’exister et aussi d’affirmer son identité. Depuis quelques décennies, se développent des styles de danses africaines qui sont reprises un peu partout dans le monde. Dans ce top 5 découvrez les danses africaines qui ont conquis le monde.

Le coupé-décaléCoupé décalé

Il se présente comme un divertissement, une danse abordable, à l’apparence simple et ludique qui permet aux danseurs de communiquer rapidement à travers certains gestes clés. A chaque chanson se rapporte un concept, un pas spécifique, portant une signification plus ou moins signifiée il est devenu plus qu’une dance, une attitude une façon de faire. En Nouchi, l’argot ivoirien, couper signifie, voler, arnaquer, et décaler, s’enfuir, rentrer au pays. Le coupé est né vers les années 2000. Douk Saga est considéré comme celui qui a propulsé cette danse devenue populaire en Côte d’Ivoire et un peu partout en Afrique. Avec des artistes comme Dj Arafat, Serge Beynaud, la danse s’est complexifiée.

Lire Aussi  Samuel Eto’o: « je serais président de la FECAFOOT malgré les tricheries »

AzontoAzonto

En plus d’être un genre musical, Azonto est aussi une dance ghanéenne qui se caractérise par son humour et son expressivité. Au départ, cette danse s’inspire de gestes quotidiens comme repasser, laver le linge, se coiffer, se maquiller, etc. Toutefois, tout le corps est sollicité, tout le corps bouge. Fuse ODG ou encore le footballeur ghanéen Gyan Asamoah qui exprime sa joie après avoir marqué un but ont contribué à l’expansion et à la notoriété de cette danse née en 2000 dans la communauté des pêcheurs.

KizombaKizomba

Contrairement aux danses précitées, le rythme du Kizomba est plus lent, romantique et plus sensuel que la danse traditionnelle angolaise Semba. C’est dans les années 80 que cette danse a vu le jour en Angola. Ce genre s’est répandu dans les pays lusophones avant d’être reprise un peu partout dans le monde. « Kizomba » signifie « fête » ou « rassemblement » en Kimbundu, une langue bantoue.

Lire Aussi  Mali / Tunisie : et si l’arbitre zambien, Janny Sikazwe avait eu raison de siffler la fin ? (vidéo)

Shaku ShakuShaku Shaku

Au Nigéria, la danse est devenue une activité quotidienne tout comme au Ghana. Le Shaku Shaku tire son essence des codes de la rue pour aller toucher toutes les couches sociales du pays. Les pas de danse ressemblent aux pas d’une personne ivre ou de quelqu’un qui a fumé de grandes quantités d’herbe. C’est en 2017, que la danse a pris une grande ampleur grâce au chanteur Olamide avec son tube « wo ».

NdomboloNdombolo dance

C’est le nom associé à cette danse originaire de la République démocratique du Congo. Le Ndombolo est dérivé de la rumba congolaise et du soukous. Elle a connu un engouement et un succès à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Le Ndombolo continue de rayonner grâce à des artistes comme Fally Ipupa qui est devenu un des principaux ambassadeurs de cette dance.

Lire Aussi  "Non tu n'es pas aimable !", "Quelle c*nne !" : Karine Le Marchand dézingue une candidate de L'Amour est dans le pré !

A lire aussi: Germaine Acogny, mère de la danse africaine contemporaine

Advertisement

Á La Une