Connect with us

Divertissement

Gnamien Konan nargue les présidents africains : Ce qu’il leur reproche

Published

on


Gnamien Konan a de sérieux griefs contre les présidents africains. L’ancien directeur général des douanes de Laurent Gbagbo reproche à ces chefs d’État leur forte propension à faire recours aux bailleurs de fonds dans tous les domaines.

Gnamien Konan : « Ah, ces présidents nègres !

La Côte d’Ivoire accueille la COP15 contre la désertification du lundi 9 au vendredi 20 mai 2022. Plusieurs chefs d’État prennent part à l’événement. Si Gnamien Konan n’a rien contre la présence de ces dirigeants africains sur les bords de la lagune Ébrié, l’opposant ivoirien s’insurge contre leur appel aux bailleurs de fonds en vue de lutter contre la désertification.

« Ah ces présidents nègres ! Ils me fatiguent les tympans ! Ce sont eux qui ont les gouvernements les plus longs, les limousines les plus longues, les résidences les plus longues… Mais dès qu’ils ouvrent la bouche en public, c’est pour quémander l’argent… aux bailleurs de fonds », s’est écrié le président de la Nouvelle Côte d’Ivoire (NCI) sur son compte Twitter.

Lire Aussi  CAN 2021 : Samuel Eto’o sort le chéquier et fait un geste fort pour le Cameroun

Gnamien Konan avoue ne pas comprendre pourquoi les présidents africains sont si prompts à solliciter une aide financière. « Sida, ils demandent l’argent. Palu, ils demandent l’argent. Ebola, ils demandent l’argent. Terrorisme, ils demandent l’argent. Corona, ils demandent l’argent. Déforestation, l’argent. Tout, vous quémandez l’argent. C’est pour ça vous voulez être présidents ? Ahaa allez à Dubaï ? », a ajouté le candidat malheureux à la présidentielle de 2015.

Pour l’ex-ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, « le plus étonnant, c’est qu’il faut 60 ans pour nous rendre compte qu’on a perdu 80 % de nos forêts. Il est convaincu que la solution passe par le reboisement et la transformation de nos produits agricoles, notamment le cacao et le cajou, au plan local.

Par ailleurs, il milite pour que 1 % du PIB de la Côte d’Ivoire soit consacré chaque année à la recherche scientifique et à l’innovation.

Advertisement

Á La Une