Connect with us

Divertissement

Mali: L’Allemagne prête à y déployer 300 soldats supplémentaires

Published

on

L’Allemagne est prête à augmenter son contingent militaire présent au Mali dans le cadre de la mission des Nations unies Minusma, a annoncé mercredi une porte-parole du gouvernement.

L’armée allemande engagée au Mali à travers deux missions

Le nombre actuel de 1.100 soldats pourra ainsi être porté à 1.400, notamment pour compenser le départ des forces françaises, a précisé lors d’un point-presse régulier Christiane Hoffmann à l’issue d’une réunion du conseil des ministres qui a entériné la prolongation du mandat jusqu’au 31 mai 2023. L’armée allemande était jusqu’en avril engagée au Mali à travers deux missions : 328 soldats participent à la Mission de formation de l’Union européenne au Mali (EUTM), et environ 1100 à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma).

Lire Aussi  NC une fois de plus pointée du doigt : la télévision ivoirienne prise encore dans un engrenage sans fin

Mais l’Union européenne a stoppé en avril les entraînements de l’armée et de la garde nationale. Cette mission de formation va toutefois reprendre ailleurs au Sahel, «en mettant l’accent sur le Niger», a précisé la porte-parole. L’avenir de la Minusma elle-même ne semble pas non plus totalement garanti après le retrait des forces françaises, a reconnu Christiane Hoffmann. Début mai, la junte militaire du Mali avait mis fin à la coopération et rompu les accords militaires avec la France et la force Takuba de l’Union européenne, plusieurs mois après que les nations occidentales ont annoncé un retrait coordonné du pays.

Les militaires au pouvoir leur reprochent notamment des « atteintes flagrantes » à la souveraineté nationale. La France estime que la dénonciation de l’accord militaire par le Mali est « injustifiée ». Les relations entre les deux pays ont commencé à se détériorer après la prise du pouvoir par les militaires en 2020. La France a retiré des milliers de soldats qui faisaient partie d’une opération anti-djihadiste de dix ans.

Advertisement

Á La Une