Connect with us

Divertissement

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro candidat à la présidentielle 2025

Published

on

Malgré son exil politique entamé depuis le 23 décembre 2019, Guillaume Soro n’abandonne pas son ambition de diriger la Côte d’Ivoire. Après la tentative manquée d’octobre 2020, l’ancien Premier ministre d’Alassane Ouattara a décidé de briguer la magistrature suprême en 2025.

En exil politique, Guillaume Soro refuse d’abandonner

La justice ivoirienne a condamné Guillaume Soro à la prison à vie pour « tentative d’atteinte contre l’autorité de l’État ». L’ex-chef rebelle est en profonde discorde avec le RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix) et Alassane Ouattara. Il a refusé d’intégrer le nouveau parti politique bâti sur les cendres du RDR (Rassemblement des républicains).

Sa décision a eu pour conséquence de le pousser hors de la présidence de l’Assemblée nationale. Guillaume Soro préfère descendre du piédestal de patron de l’hémicycle plutôt que de se faire enrôler dans le parti des houphouëtistes. Il annonce sa démission le 8 février 2019.

Lire Aussi  Rwanda : un imam condamné à 5 ans de prison

Le 23 décembre 2019, après avoir annoncé sa candidature à l’élection présidentielle de 2020 depuis l’Espagne, Guillaume Soro, le tout nouveau patron du mouvement politique GPS (Générations et peuples solidaires), tente de regagner Abidjan. Toutefois, les autorités ivoiriennes ne l’entendent pas de cette oreille. L’avion qui le transporte est dérouté au Ghana, certains de ses proches sont mis aux arrêts et un mandat d’arrêt international est lancé contre lui.

Tout ceci n’ébranle pas le leader des soroistes qui décide tout de même à se présenter à l’élection présidentielle de 2020. Le dossier de candidature de Guillaume Soro est rejeté par le Conseil constitutionnel. L’ex-président de l’Assemblée nationale avait durci le ton sans succès, car il n’a pu prendre part à la compétition électorale.

Quelques années plus tard, Guillaume Soro refuse de lâcher prise. L’homme qui a dirigé la FESCI (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire) se porte candidat à l’élection présidentielle de 2025. On peut le voir sur son compte Twitter où il a bien marqué « candidat à la Présidence ivoirienne 2025, ancien Président de l’Assemblée, ancien Premier ministre ». Il ne faut pas oublier que le frère ainé est sous une condamnation judiciaire. Pourra-t-il cette fois défier le RHDP dans les urnes ?

Advertisement

Á La Une