Connect with us

Divertissement

Tiken Jah Fakoly, le révolutionnaire du reggae africain

Published

on

Son nom résonne comme un coup de fusil au quatre coins du monde. Tiken Jah Fakoly est devenu le chantre de la jeunesse africaine depuis plusieurs années. Partout où il va, l’artiste ne s’empêche de dénoncer les exactions, les coups d’état ou encore la gabegie financière des dirigeants africains. Ses paroles provoquent des secousses dans l’exécutif.

Tiken, toute une histoire, tout un parcours

Dans la lignée de Bob Marley, Alpha Blondy et sa caste de griots africains, Tiken Jah Fakoly, sont apparus à la fin des années 90 comme le premier critique social d’Afrique à travers le reggae. Né Doumbia Moussa Fakoly (23 juin 1968) dans une famille de musiciens et d’historiens oraux connus sous le nom de griots, un rôle honoré dans toute l’Afrique, Fakoly s’est sérieusement intéressé au reggae alors qu’il grandissait dans la ville d’Odienné sur le versant nord de la Côte d’Ivoire. Il a formé son premier groupe en 1987, en leur donnant le nom de « Djelys », un autre mot pour les griots et les ménestrels.

Lire Aussi  Officiel : Rigobert Song nommé nouveau sélectionneur du Cameroun

Prenant le manteau d’un gardien de l’histoire, Fakoly a écrit des paroles qui documentaient les événements de son époque et l’oppression de son peuple. Il est rapidement connu dans la région, et bientôt sa musique et sa réputation s’étendent à travers le pays et même au-delà de ses frontières. Sa chanson racontant la mort de Félix Houphouët-Boigny l’a élevé à la popularité auprès de la jeunesse africaine. Bientôt, des expatriés ont présenté sa musique aux auditeurs africains à l’étranger, en particulier au public français. En 1998, Fakoly se produit à Paris, sa première aventure internationale.

Ses premières discographies, dont Les Djelys (1993), Missiri (1994),Mandercratie (1996), Corus Cours d’Histoire, (1999) et Le Chaméléon (2000) ont été initialement produits exclusivement pour la distribution africaine. Des enregistrements ultérieurs tels que Françafrique (2002) et Coup de Gueule (2004), qui ont été enregistrés dans les célèbres studios Tuff Gong en Jamaïque, sont devenus des best-sellers en France.

Lire Aussi  Hamond Chic : la coach aperçue en train de s’amouracher avec son caviar; la toile sous le charme (vidéo)

Fakoly a accumulé un nombre impressionnant de 100 000 disques vendus au public français, faisant de lui l’artiste reggae le plus vendu d’Afrique. Son album de 2007, The africain, lui a valu une place dans le Top 20 des World Music Charts Europe, une position qu’il a occupée pendant des mois. En 2008, il sort l’album live Live In Paris et en 2010 sort les albums African Revolution et Listen To The Banned.

C’est en mars 2019, que sort son dernier album, ‘Le monde est chaud’. Produit par le jeune prodige ivoirien Akatché, l’album avait bénéficie d’un son résolument contemporain. À 53 ans il continue d’inspirer la jeunesse africaine soif de justice et de liberté.

Advertisement

Á La Une