Connect with us

People

Elisabeth Borne : Le suicide de son père quand elle avait 11 ans, drame d’une vie faite de résilience

Published

on

Avant d’être la Première ministre tant attendue d’Emmanuel Macron après sa réélection, Elisabeth Borne a effectué un parcours qui force l’admiration, encore plus quand on connaît l’épreuve de son enfance. « Paris Match » revient sur la mort de son père, marqué à jamais par l’enfer n*zi.

Situation très délicate pour la Première ministre Elisabeth Borne. Malgré son élection comme députée du Calvados ce 19 juin 2022, elle ne peut pas se reposer sur ses lauriers. Sa victoire s’est fait avec un score fragile – 52,46 % des suffrages, contre 47,54 % pour Noé Gauchard, candidat de la Nupes – et dans un contexte électoral tendu puisqu’il n’y a pas de majorité présidentielle absolue au sein de l’Assemblée. Un mois après sa nomination par Emmanuel Macron à la tête du gouvernement, l’ambiance n’est donc pas à l’euphorie, elle a même demandé à être retirée de ses fonctions. Selon l’Elysée, le président de la République a refusé la démission de la locataire de Matignon, souhaitant « que le gouvernement reste à la tâche« . Face à l’épreuve, elle doit puiser plus que jamais dans sa capacité de résilience et de travail acharné, elle qui a été souvent célébrée pour cette qualité qui lui vient depuis son enfance.

Lire Aussi  Franck Gastambide et Sabrina Ouazani : leur histoire d'amour si secrète révélée par un célèbre animateur

Dans les pages de Paris Match, un portrait fouillé d’Elisabeth Borne à l’heure des résultats des législatives a été fait. Le magazine met notamment en valeur l’histoire familiale de la Première ministre et « son magnifique parcours personnel« . En effet, la petite Elisabeth est la fille de « Joseph Bornstein, un juif d’origine russe, résistant, arrêté avec ses trois frères et son père dans la région de Grenoble en 1943« . Les quatre hommes sont déportés alors à Auschwitz et Buchenwald, l’aîné des fils se pend, le père et le cadet abattus d’une balle dans la tête. Joseph Bornstein survit à cette tragédie avec son frère Isaac, mais les fantômes le hanteront à jamais.

Le père d’Elisabeth Borne francise son nom de famille et acquiert la nationalité française, lui qui est né en 1950 à Anvers en Belgique. Il s’installe dans la ville natale de son épouse Marguerite Lescène, pharmacienne à Livarot dans le Calvados. Cependant, l’homme « s’enfoncera dans la dépression jusqu’à se suicider en 1972« . Elisabeth Borne n’a que 11 ans. Devenue pupille de la nation en raison des services rendus par son père à la France, elle obtient une bourse d’études et se plonge dans les mathématiques, tandis que l’entreprise familiale fait faillite. Représentante parfaite de la méritocratie républicaine, elle intègre Polytechnique et devient diplômée des ponts et chaussés.

Lire Aussi  Jean Lassalle oblige une jeune femme à danser en plein salon de l'Agriculture !

S’ensuit la carrière qu’on lui connaît et le poste de Première ministre. Parallèlement, Elisabeth Borne a épousé le 30 juin 1989 l’universitaire Olivier Allix et de leur mariage est né en 1995 un garçon, Nathan. Aujourd’hui âgé de 27 ans, il a suivi les traces de son papa en choisissant d’être chercheur. La femme politique est divorcée et a refait sa vie avec un autre, dont elle tait le nom, fidèle à son principe de discrétion et de pudeur. Aujourd’hui ébranlée par l’actualité politique, elle se doit de rester solide pour affronter la tempête des législatives.

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le magazine Paris Match du 23 juin 2022.

Advertisement

Á La Une