Connect with us

Divertissement

Kenya : candidat à la présidentielle, William Ruto promet d’expulser les Chinois

Published

on

C’est une promesse qu’il compte tenir une fois qu’il franchira les portes de la présidence de la République. Candidat aux élections générales du 9 août prochain, l’actuel vice- président kényan William Ruto a déclaré qu’il expulserait les ressortissants chinois occupant des emplois « qui pourraient revenir aux Kényans » quand il sera élu.

 « Que des ressortissants chinois grillent du maïs et vendent des téléphones portables … Nous les expulserons tous vers leur pays », a déclaré William Ruto lors d’un forum économique mardi.

« Toutes ces activités sont pour les Kényans », a-t-il affirmé.

« Ne vous inquiétez pas pour les étrangers engagés dans ces activités. Nous avons suffisamment d’avions pour les expulser», a-t-il insisté.

L’annonce de Ruto a suscité des réactions mitigées en ligne.

« Nous devons des milliards à la Chine. En faisant ça, nous mettrons à rude épreuve nos relations avec le pays et ils auront aussi une réaction réflexe sur le remboursement des prêts», estime un internaute sur Twitter.

Lire Aussi  Emmanuel Macron appelle de ses vœux un « new deal » pour l’Afrique

D’autres approuvent cette proposition. « C’est bien, rien de tel ne se passe dans d’autres pays. Les emplois locaux ne peuvent pas être pris par des étrangers», a ainsi tweeté un autre utilisateur.

A noter que la Chine est le 2è créancier du Kenya, après la Banque mondiale, et a financé des projets d’infrastructures à coût de milliards d’euros.

Pour l’heure, l’ambassade de Chine à Nairobi n’a pas commenté cette sortie de William Ruto.

Âgé de 55 ans, ce dernier brigue la succession du président Uhuru Kenyatta, qui ne peut se présenter à un troisième mandat.

Ruto se présente en défenseur des « débrouillards» du petit peuple face aux « dynasties » qui gouvernent le Kenya.

Advertisement

Á La Une