Connect with us

Divertissement

Sally Alassane Thiam, militant pour la restitution des œuvres africaines

Published

on

Il s’est fait remarquer lors du sommet Afrique-France. Un jeune homme prend à partie le président français Emmanuel Macron : « Monsieur le Président, je suis un peu frustré par le fait que parmi ces jeunes aujourd’hui qui ont représenté le continent africain, la question de la restitution, qui était un de sujets phares de votre discours de Ouagadougou, n’est pas été évoquée ».

Ce jour-là, Sally Alassane Thiam crève l’écran. Il vient en plus de lancer une idée en direct : L’organisation d’un grand forum international itinérant du patrimoine africain pour faire de la culture un véritable levier de développement économique sur le continent.

Fils d’Alassane Thiam, brillant architecte de Dakar, Sally a eu la chance de grandir dans un environnement culturel porteur. « À la maison, il y avait une bibliothèque où l’on trouvait aussi bien les livres de Cheikh Anta Diop ou d’Aimé Césaire que de beaux ouvrages sur l’art africain ou de grands architectes internationaux ».

Lire Aussi  WhatsApp : Adieu les intrus ! Voici comment activer l’empreinte digitale ou la reconnaissance faciale

Titulaire notamment d’un master spécialisé en stratégie numérique et management de projet, Sally aime préciser qu’il s’est construit tout seul : « J’ai grandi au Sénégal. Enfant, je tapais dans la balle avec les copains du quartier Sicap, puis on m’a envoyé faire une partie de ma scolarité au village, à Ourossogui, tout au nord en pays pulaar. C’était très dur, car j’étais loin de mes parents, mais c’est ainsi que j’ai baigné dans la culture traditionnelle et que j’ai pris le virus du patrimoine. »

Jeunesse Global c'est quoi ?

À 18 ans, bac en poche, Sally quitte le Sénégal. Direction la France pour suivre des études supérieures en marketing numérique. Il demande à ses parents de ne plus le prendre en charge. Il enchaîne les petits boulots pour financer ses études. Alassane Thiam, son père, nommé par Senghor lui-même inspecteur général des monuments en Afrique, acquiesce avec fierté : « Mon fils est un jeune de sa génération, décomplexé, sérieux et plein de vitalité. Il a la fibre culturelle, il œuvre pour le continent. »

Lire Aussi  Togo : Les enseignants de nouveau en grève cette semaine

Aujourd’hui, « Monsieur Patrimoine » comme certains le surnomment avec humour, a déjà été récompensé du prix du Best African Young Leader 2021. Et comme si ce n’était pas suffisant, Sally signe ce mois-ci son premier livre : La renaissance du patrimoine africain. Un essai en partie autobiographique tourné vers la jeunesse africaine où il explique que « l’African-attitude » va remplacer la désuète « négritude » de ses pairs. « L’universalisme, je l’ai dans le sang », précise-t-il, « mais l’Afrique doit faire partie de cet univers !»

Advertisement

Á La Une