Connect with us

Divertissement

Barkhane indésirable au Niger: le « M62 » mène la fronde contre la force française

Published

on

Chassée au Mali, la force française Barkhane, qui compte s’installer durablement au Niger, fait face à la résistance des Nigériens. Une quinzaine d’organisations de la société civile nigérienne ont lancé le 3 août dernier, un mouvement dénommé « M62 » pour s’opposer à la présence militaire française au Niger.

Des heurts ont éclaté mercredi 3 août 2022 entre les forces de l’ordre et des dizaines de milliers de manifestants à Niamey, la capitale du Niger. Cette manifestation, le jour de la célébration du 62e anniversaire du Niger, est une initiative du « M62 », une plateforme d’organisations de la société civile du pays pour la sauvegarde la souveraineté du Niger.

« Considérant les multiples assassinats de nos populations civiles par la force Barkhane chassée du Mali et illégalement présente sur notre territoire qu’elle estime conquis pour matérialiser son dessein funèbre de déstabilisation du Sahel, réitérons notre opposition à la présence militaire française dans notre pays et exigeons son départ immédiat« , ont écrit les organisations de la société civile, parmi lesquelles des associations de défense des droits de l’homme et des syndicats.

Lire Aussi  ‘Le piston n’est pas une honte’ : Simon Castaldi aidé par son père pour intégrer la télé-réalité

Ce 3 août est considéré comme le départ de la semaine de la dignité lancée par ces organisations qui ont également lancé un appel « à tous les syndicats, les organisations de la société civile, les universitaires, les hommes des médias, les transporteurs, les agriculteurs, les éleveurs et les leaders religieux » à se joindre à elles « pour la défense et la sauvegarde de la souveraineté et de la dignité du peuple dangereusement menacées« .

Elles ont aussi appelé à « une journée de protestation à travers l’organisation d’une marche pacifique suivie de meeting le mercredi 17 août 2022 à partir de 9h sur l’ensemble du territoire national notamment dans tous les chefs-lieux de communes, de départements et de régions« .

Après le deuxième coup d’État qui a porté au pouvoir les dirigeants actuels au Mali, l’opération Barkhane, présente dans le pays depuis 2013 sous le nom de Serval, a été sommée de quitter suite aux nombreuses tensions entre Bamako et Paris nées, selon les autorités maliennes, de la posture « colonialiste » des dirigeants français. Depuis, l’opération a été délocalisée au Niger voisin. 6000 conteneurs de Barkhane attendent encore d’être acheminés du Mali vers le Niger, a indiqué le nouveau commandant de Barkhane Général Bruno Baratz reçu en audience mardi par le président nigérien Mohamed Bazoum.

Lire Aussi  CAN 2021: L’ Algérie tenue en échec, la Côte d'Ivoire jubile
Advertisement

Á La Une