Connect with us

Divertissement

Kenya: William Ruto, le candidat « milliardaire » qui a vendu des œufs au bord de la route

Published

on

Il a fréquenté les bancs de l’école pieds nus, porté sa première paire de chaussures à 15 ans et vendu des œufs et des poulets sur le bord des routes de la vallée du Rift : William Ruto, issu d’une famille modeste et devenu l’un des hommes les plus riches du Kenya, se présente comme le candidat des pauvres à l’élection présidentielle du 9 août 2022.

En face, le vice-président sortant à l’alliance des « dynasties » de la vie politique kényane, incarnée le duo Raila Odinga et Uhuru Kenyatta.

À 55 ans, l’home d’affaires au passé sulfureux, brigue le fauteuil présidentiel pour la première fois.

Il fait de son parcours et de son ascension fulgurante un argument de campagne, un slogan, presque une marque. 

Alors qu’on croyait qu’Uhuru Kenyatta apporte son soutien à la candidature de son vice-président à sa succession, et que l’avenir semble tout tracé pour William Ruto, leur alliance se brise, contre toute attente.

Lire Aussi  Soudan : une femme condamnée à mort par lapidation pour adultère

En 2018, faut-il le rappeler, Uhuru Kenyatta opère une nouvelle volte-face en se rapprochant cette fois de Raila Odinga, jusqu’alors son éternel opposant, dont il soutient désormais à candidature à la présidentielle.

Sillonnant le pays en casquette et polo, William Ruto multiplie les saillies contre le bilan d’Uhuru Kenyatta pour mieux s’en dissocier.

Il fustige par ailleurs Raila Odinga comme « la marionnette » du président sortant.

Chrétien « born again » revendiqué et père de six enfants, il promet surtout de « sortir du désespoir des millions de personnes » en développant une économie ascendante, qui irait du bas vers le haut.

Dans plusieurs interviews accordées récemment, il se targue même de remplacer les clivages ethniques – ferment régulier de la compétition en politique kényane – par un clivage social.  

Lire Aussi  S*xtape au Togo : l’une des femmes impliquées sort du silence et menace de porter plainte (vidéo)

Advertisement

Á La Une