Connect with us

Divertissement

« Bumayé » : retour sur un album qui ne manque pas de rythme pour le Sénégalais Lass

Published

on

Lass, diminutif de son vrai nom Lassana Sané, est Sénégalais et vient de sortir son premier EP. Un opus qui montre bien l’amour de l’artiste pour son pays, le Sénégal. « Bumayé », comprenez « Bats-toi, bats-toi pour l’Afrique ». C’est le nom de l’album très entraînant de Lass. Pour le chanteur de 37 ans, cette expression est synonyme d’émancipation. Une invitation à la mobilisation lancée à la jeunesse de son pays, le Sénégal.

Cet album aborde aussi des sentiments plus personnels, sur des rythmes métissés. Afro pop, reggae et house… Dans Mo Yaro, Lass incarne un père, fier de son fils. La musique a été composée par ses amis du groupe Synapson. Lass chante les galères de la banlieue sénégalaise et toute sa générosité… Notamment avec ce titre, Yaco Mome, « C’est pour toi » en wolof. Un petit bout de culture sénégalaise, qui donne le sourire, et envie de danser.

Lire Aussi  Musique : Jamallad parle d'amour à travers "Sharing Love"

S’inspirer des grands

Lass a grandi à Dakar et a baigné dans la musique. Les soirées dansantes qu’organisaient ses grands frères y ont été pour beaucoup : le style afro-caribéen et la rumba congolaise y passaient en boucle avec des artistes comme Africando ou l’Orchestra Baobab. Mais ses idoles s’appelaient aussi Youssou N’Dour, Ismaël Lô et Omar Pène.

A lire : « Mo yaro » du pur régal pour les amoureux d’acoustique

Mais une rencontre va un jour changer le cours de sa vie : celle du groupe sénégalais de hip hop Daara J. « C’étaient des jeunes que je voyais à la télé et ils me faisaient rêver. Et je voulais être comme eux. J’ai fait le premier pas. Je suis allé les voir. C’est eux qui m’ont donné la première chance de chanter devant un public. J’étais en quelque sorte leur bébé. Ils m’ont mis sur les rails ».

Lire Aussi  Toujours "choquée" par ce à quoi elle a été confrontée après le décès de son père, Johnny, Laura Smet brise le silence !

De fil en aiguille, Lass réussit à se faire remarquer. Après ses premiers pas aux côtés de Daara J, il se distingue sur la scène musicale de Dakar, en assurant des premières parties d’artistes de premier plan comme Tinariwen, Victor Démé ou du Jamaïcain Stephen Marley.

Advertisement

Á La Une