Connect with us

Divertissement

Affaire 46 militaires ivoiriens détenus: Le Mali va-t-il quitter la CEDEAO ?

Published

on

Après le Nigeria, la Guinée-Bissau d’Umaro Sissoco Embalo appelle la junte au pouvoir au Mali à accéder, par la diplomatie, à la demande de la Côte d’Ivoire et de la Cedeao pour libérer «les 46 soldats ivoiriens qui ne sont pas des mercenaires».

Crise Abidjan – Bamako: Le Mali ne «cédera à aucun chantage ou intimidation» de la Cedeao

Le Mali et la Côte d’Ivoire ne parvenant pas à concilier leurs positions sur l’affaire des 46 soldats militaires détenus à Bamako, le président Ouattara a confié le dossier à la CEDEAO qui va se prononcer sur la question ce jeudi. Un sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) consacré au dossier des 46 militaires ivoiriens détenus au Mali, se tiendra, le jeudi 22 septembre 2022, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York.

Une rencontre très attendue par les militaires de Bamako, lesquels ont mis en garde l’organisation ouest-africaine, la Cedeao, de ne céder à aucune instrumentalisation par la Côte d’Ivoire, dans l’affaire des 49 militaires, selon un communiqué publié le jeudi 15 septembre. La Cedeao, cependant, multiplie la pression sur le chef de la transition, Assimi Goita.

Lire Aussi  « Le Dieu chrétien est trop lent. Mes dieux sont directs », dixit un populaire féticheur ghanéen 

“Je pense que ce ne sont pas des mercenaires. On vient de voir, avant-hier, la déclaration du Secrétaire général des Nations Unies qui dit que ce ne sont pas des mercenaires. Moi, à la place des Maliens, j’aurais relâché ces 49 soldats”, a soutenu ce mercredi, sur RFI, le chef de l’État bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo, président en exercice de la Cédéao. Pour lui, “on ne peut pas banaliser notre organisation sous-régionale. Il y a des principes de la Cédéao et tout le monde doit les suivre”.

Mardi, le Chef de la Diplomatie nigériane s’est confié à la presse: “C’est quelque chose de très important pour nous tous, à la CEDEAO, de ne pas laisser les choses aller plus loin. Donc, on va tout faire pour empêcher que cela devienne un vrai conflit entre deux pays membres de la Cédéao », a indiqué Geoffrey Onyeama. “La Cédéao a fortement demandé la libération de ces soldats. Et moi, je suis porteur, comme envoyé spécial, d’un message du président Buhari”, a soutenu le diplomate.

Lire Aussi  Coup d’État en Ukraine: la Russie appelle les Etats-Unis à reconnaître leur responsabilité

Le Mali, qui a dépêché une délégation à New York, semble ne pas être concerné par la procédure annoncée par la Côte d’Ivoire devant la Cedeao. Tout en mettant en garde l’instance communautaire contre toute instrumentalisation par les autorités ivoiriennes, le gouvernement malien indique qu’il ne «cédera à aucun chantage ou intimidation». Des médiations ont été initiées par des chefs d’Etat, notamment le Togolais Faure Gnassingbé et le Sénégalais Macky Sall, pour trouver une issue favorable à ce dossier qui cristallise les tensions entre les deux pays voisins. Mais l’option de la diplomatie sous régionale ne s’est pas avérée payante, bien que trois des 49 soldats ont été libérés entre-temps.

Cette idée a été vivement combattue par les autorités maliennes de la Transition qui n’ont pas hésité à mettre en garde contre toute implication dans ce dossier. Bamako a laissé entendre que la question est d’ordre bilatéral et s’oppose donc contre toute ingérence, notamment celle de l’organe sous régional. Dans une interview accordée au média français France 24 le dimanche 18 septembre 2022, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a annoncé qu’il rencontrerait la délégation malienne présente à New-York pour prendre part à la 77ème session de l’ONU, pour aborder la situation des 46 soldats ivoiriens détenus au Mali.

Lire Aussi  Hillary : après la nouvelle hospitalisation de son fils Mattéo, elle s’exprime

À l’occasion de sa réunion extraordinaire du 14 septembre dernier, le Conseil national de Sécurité (CNS), présidé par Président de la République, Alassane Ouattara, a exigé de nouveau la libération, sans délai, des 46 soldats ivoiriens détenus depuis le 10 juillet 2022.

Advertisement

Á La Une