Connect with us

Divertissement

Côte d’Ivoire : 20 ans après son assassinat, Robert Gueï va (enfin) obtenir le statut d’ancien président

Published

on

« Mon père entre enfin dans l’Histoire de la Côte d’Ivoire dont il avait été effacé ». Ces propos sont ceux de Mireille Gueï, députée et fille de l’ex-général putschiste Robert Gueï, assassiné 19 septembre 2002.

Saluant « une reconnaissance de la nation », elle précise que son défunt père devrait prochainement obtenir le statut d’ancien chef de l’État, 20 ans après son assassinat.

Mireille Gueï a fait ces déclarations lors d’une cérémonie commémorative qui s’est déroulée dans le village natal de son père, Kabakouma, dans la région du Tonkpi, vingt ans jour pour jour après son assassinat.

« Le président n’est pas entré dans les détails. À son retour de à la 77e Assemblée générale des Nations unies, il doit me recevoir et je saurai à ce moment ce que comporte ce statut. Mais déjà, mon père entre dans l’Histoire de la Côte d’Ivoire dont il avait été effacé. Pour moi, c’est le plus important », se réjouit Mireille Gueï, députée UDPCI.

Lire Aussi  Etienne Mougeotte : l’ancien dirigeant de TF1 est mort à l’âge de 81 ans

« Pour moi, c’est la fin d’une longue bataille », a-t-elle ajouté.

Et de préciser enfin que c’est une promesse qu’Alassane Ouattara a formulée le 9 septembre, lors d’une rencontre avec les cadres de l’Union pour la paix et la démocratique en Côte d’Ivoire (UDPCI), le parti fondé par Robert Gueï, et dont sa fille ne doute pas de la concrétisation, par la prise d’un décret.

Advertisement

Á La Une