Connect with us

Divertissement

La Cédéao accusée de pratiquer une diplomatie « de guignols »

Published

on

Le président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), le Bissau-Guinéen Umaro Sissoco Embalo, a fait certaines déclarations à RFI et France 24 ce mercredi 22 septembre à quelques heures de la tenue d’un sommet de cette organisation.

Les dirigeants des États membres de la Cédéao se sont réunis ce jeudi après-midi à New York en marge de l’assemblée générale des Nations unies, pour trouver une solution à la situation en Guinée ainsi que la crise entre le Mali et la Côte d’Ivoire.

Quelques heures avant le début de ce sommet, le président Embalo menaçait que la Guinée allait au-devant « de lourdes sanctions » si la junte maintient sa période de transition de trois ans. Par ailleurs, il avait ajouté avoir eu un accord avec la junte pour qu’elle cède la place à des civils élus au bout de deux ans.

Lire Aussi  CAN au Cameroun : malgré la Covid, les hôteliers espèrent faire le plein

« Le mensonge grossier et les propos qui s’apparentent à de l’intimidation sont de nos jours des pratiques rétrogrades qui n’honorent pas son auteur et ternissent par la même occasion l’image de marque de la Cédéao. Nous ne pouvons pas porter cette honte », a réagi Col Amara Camara, secrétaire général de la présidence de Transition, dans une vidéo diffusée sur le Facebook de la présidence guinéenne.

« On n’est pas dans une relation de guignols ou de téléréalité », a-t-il appuyé.

Advertisement

Á La Une