Connect with us

Divertissement

Pierre Kwenders remporte le prix de musique Polaris

Published

on

Le jury du prix de musique Polaris a récompensé lundi soir l’auteur, compositeur, interprète et DJ Pierre Kwenders pour son album José Louis And the Paradox of Love, une interprétation aussi intime que moderne des rythmes dansants de la République démocratique du Congo dont il est originaire.

Il s’agit seulement du second album interprété majoritairement en langue française de l’histoire de ce prix inauguré en 2006. Kwenders devient le septième artiste étranger vivant au Canada à remporter le Polaris récompensant «  les artistes ayant créé des albums de musique canadiens de renom  », auquel est attachée une bourse de 50 000 $.

Récompense pleinement méritée pour le musicien qui, depuis son premier album « Le dernier empereur bantou », (2014), a tissé autour de lui une toile musicale comprenant le collectif Moonshine, qui organise des soirées dansantes aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud, en plus de proposer des émissions musicales sur les réputées webradios Rinse. FM et NTS. live, toutes deux britanniques.

Lire Aussi  Clentélex : le fou rire en un clic

L’album José Louis And the Paradox of Love va dans la même direction : une œuvre personnelle et propulsée par des rythmes d’Afrique s’adressant à la planète entière par le filtre des musiques électroniques destinées aux planchers de danse.

Ce disque, « c’est l’histoire de tant de jeunes Africains qui se sont découverts — c’est mon histoire d’Africain, de Canadien, de Congolais », a déclaré Pierre Kwenders en acceptant son prix, sur la scène du Carlu, à Toronto.

Le musicien, qui avait offert une performance plus tôt en soirée après avoir passé l’été à parcourir les scènes des festivals de musique au Québec, a salué dans son discours quelques membres de sa famille récemment décédés ; l’album « raconte l’histoire des gens qui m’ont inspiré », a-t-il ajouté.

Seul bémol à cette victoire, Pierre Kwenders a dû livrer son discours dans une salle dégarnie. Retransmis sur le web par la CBC, le gala du prix de musique Polaris s’est démarqué par son amateurisme, s’étirant sur plus de quatre heures ponctuées par de laborieux changements de plateau presque aussi longs que les performances offertes par les musiciens en lice, en commençant par celle du récipiendaire de l’édition 2021 du Polaris, le rappeur Cadence Weapon. La performance de la Montréalaise Ouri aura marqué les esprits par sa sophistication, celle d’Hubert Lenoir par sa folie.

Lire Aussi  Lionel Messi: le Barça est d’accord pour son retour selon la presse espagnole

La démarche de l’organisation du prix Polaris s’inspire de celle du Mercury Prize britannique, inauguré en 1992 et dont le 31e gala, originalement prévu le 9 septembre dernier, a dû être reporté en raison du décès le jour même de la reine Élisabeth II. Selon les preneurs au gage, les formations Little Simz, Self Esteem et Wet Leg sont favorites pour remporter les honneurs.

Advertisement

Á La Une