Connect with us

Divertissement

Sankè mò, au-delà d’une fête traditionnelle de la pêche, un rite de protection populaire au Mali

Published

on

Inscrit par l’UNESCO en 2009 sur la liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente, le Sankè mò est une fête traditionnelle de pêche collective. Elle commémore la fondation de la ville de San, dans la région de Ségou au Mali.

Se baigner et pêcher dans la boue de la mare Sankè : un plaisir que ne ratent que peu de Sannois, lors de la fête du Sankè-mô. Chaque année, des milliers de personnes se rejoignent pour ce rendez-vous, qui se tient le deuxième jeudi du 7è mois lunaire. Les gens viennent de partout. Tous ont un seul but : s’assurer une protection annuelle, en participant à cette traditionnelle pêche collective.

Sankè mò, rite protecteur

Pour les Sannois, participer à la fête traditionnelle, c’est donc avant tout prendre part à un rituel qui assure à l’individu à la fois protection et bonheur. Il commence par le sacrifice de coqs et de chèvres et par des offrandes des habitants du village aux esprits de l’eau qui habitent la mare Sanké. Une fois ces sacrifices faites, les festivaliers s’adonnent à 15 heures à la pêche collective. Le rite du Sankè-mô marque traditionnellement le début de la saison des pluies.

Lire Aussi  Buhari : “J’ai hâte de devenir un ancien président” ; la forte confidence du dirigeant nigérian

La veille de l’événement, les défilés et les démonstrations des motards ne passent pas inaperçus. Une ruée d’hommes mêlant cris et ronflement d’engins se dirigent vers les villages de Tèrékungo et Parana, deux villages voisins bwa (une ethnie, s’écrivant aussi sous le nom de Bobo), initiateurs et détenteurs des secrets mystiques. Là, se trouvent tous les officiels de la fête venus rendre hommage aux Bwa.

C’est ainsi que la foule se livre à un spectacle toute la nuit. L’atmosphère est formidable autour des chants, cris , danses et folklores. Les défilés et prestations des motocyclistes submergent les lieux. La boisson traditionnelle, appelé « nia » , est consommée par tous lors du Sankè mò.

Les commerçants à la fête

Mais ce rite protecteur n’est pas le seul attrait de ce rendez-vous annuel. Outre la pêche, le Sankè-mô allie en effet musique, danse, sport, et foire commerciale. Les commerçants aussi ne sont pas en reste. Des filets artisanaux façonnés par les pêcheurs traditionnels sont cédés entre 2000 et 5000 FCFA, selon la taille et la qualité de la matière.

Lire Aussi  Messieurs, voici 5 choses qu’une femme fait quand elle est vraiment amoureuse

Chaque festivalier se paye au moins un filet. Pendant cette période, les tissus traditionnels, comme le « bogolan », sont beaucoup prisés. Certaines personnes parviennent à faire un mois de recette en seulement quelques jours.

A partir de 11 h, les fêtards se dirigent vers la mare de Sankè. Cependant, la foule doit attendre jusqu’à 15 heures pour y accéder. Entre temps, place aux spectacles. L’ambiance redevient de plus en plus intense. C’est l’aîné des familles fondatrices qui donne le coup d’envoi de la pêche collective à travers des incantations. Il attend juste que le patriarche des Bwa immole un poulet aux génies de la mare.

A LIRE AUSSI : Le tombeau des Askia au Mali : voyage dans l’histoire d’un site emblématique

Partager:

Lire Aussi  Josey : “Une signature vocale singulière, une énergie électrique…”, la star ivoirienne magnifiée
Share on Facebook Share on Reddit Share on WhatsApp Share on Telegram
Advertisement

Á La Une