Connect with us

Business

Facil : une entreprise 100% féminine made in Gambie

Published

on

Elizabeth Gomez, membre de la diaspora gambienne en Suède a un objectif précis : créer une alternative face aux produits de mauvaise qualité ou issus du marché de la seconde main en Europe. Six ans plus tard, sa marque Facil compte un atelier, dix employées, et vient d’ouvrir son premier magasin près de Banjul. Coup d’œil sur cette entreprise 100 % féminine.

À Kanifing, une dizaine de jeunes femmes découpent du tissu et le cousent à l’aide de machines sophistiquées. La machine à surjeter, qui permet de joindre deux tissus rapidement, est une machine très rare en Gambie. Pour ces jeunes femmes qui ont quitté leur centre de formation il y a cinq ans, il a fallu s’adapter à toutes ces nouvelles techniques.

En plus des nombreuses machines fournies par la créatrice de Facil, Elisabeth Gomez, les tissus ont été sélectionnés avec des critères d’éthique et de durabilité, principalement en Espagne, au Portugal et en Turquie. Ces dix jeunes femmes, employées à temps plein par la marque Facil, gagnent un peu plus de 4 000 dalasis par mois, soit environ 80 dollars.

Lire Aussi  Juventus : Allegri dans de sales draps, une tornade de critiques s’abat sur le coach italien

A lire : Avec « Agrinnov », Fatoumata Bah promeut l’agro-entrepreneuriat en Guinée

Un salaire relativement bas, mais qui inclut plusieurs jours de congés payés ainsi que des congés maternels.

Et puis, pour ces jeunes femmes, fabriquer les tout premiers sous-vêtements gambiens, c’est aussi une fierté. « Travailler pour une compagnie qui produit quelque chose d’aussi unique et beau que ce que l’on produit, observe Ramatoulie Tamben, on est heureuses et très fières de nous-mêmes. »

Une volonté de consommation locale

De l’autre côté de la ville, dans le quartier de Sanchaba, le tout premier point de vente a ouvert ses portes depuis peu. Avec son mobilier en bois, ses emballages en carton et ses prix plutôt élevés pour le pays, à partir de cinq dollars environ pour un sous-vêtement, l’enseigne vise une clientèle plus aisée. « On essaie d’attirer les Gambiens de moyen à haut revenus », affirme Khaddija Jobe, responsable marketing.

Lire Aussi  "À moins qu’on me décapite, je ferai tout pour chanter": Véronique Sanson cash sur son combat contre le cancer

Khaddija Jobe explique les raisons qui ont poussé la créatrice, Elisabeth Gomez, à se lancer dans la production de sous-vêtements : « [Elle] vit en Suède, mais évidemment elle a remarqué cette tendance des gens à demander à ceux qui voyagent de leur acheter des boxers, des sous-vêtements ou des t-shirts très simples. Et donc elle s’est dit : ‘pourquoi est-ce qu’on ne produirait pas ça en Gambie ? »

A lire : Top 10 des meilleures marques d’Afrique en 2022

Si ce premier magasin peine encore à attirer les clients en Gambie, la marque a déjà su séduire en ligne, notamment aux États-Unis et dans la diaspora gambienne à l’étranger. Khaddija Jobe décrit un intérêt prononcé pour l’entrepreneuriat des femmes noires africaines : « Il y a évidemment un mouvement ‘d’acheter noir’, d’acheter à des entreprises dirigées ou détenues par des femmes, d’acheter directement de l’Afrique. Donc, il faut être capable de participer à cette narration, et de vendre Facil exactement pour ce qu’elle est. »

Lire Aussi  Sadio Mané : « J’aurais fini à l’hôpital » ; le Sénégalais raconte cette mésaventure

Cette entreprise qui grandit doucement, c’est aussi une façon pour ces femmes de la diaspora de montrer qu’il est possible de revenir et d’investir dans son pays.

A lire aussi : « Garden Fresh » veut réduire les pertes des récoltes agro-alimentaires

Advertisement

Á La Une