Connect with us

Divertissement

«Je suis en Argentine et ils pleurent comme si le Président était mort, deuil total»

Published

on

L’ancien propriétaire de Lokomotiv Plovdiv HristoKrusharski a raconté à Telegraf ce qui se passe en Argentine après la défaite contre l’Arabie Saoudite au Qatar. 

«Je n’ai jamais vu un tel chagrin ! Le deuil se poursuit aujourd’hui. C’est très difficile. Une morgue complète. Les agences mondiales et les réseaux sociaux regorgent de photos. 

Il est difficile de le décrire avec des mots. Il n’y a pas de tel rugissement… Pendant le match, qui a eu lieu à 7 heures du matin, heure locale, pas un chien n’a pu être vu dans les rues. La journée de travail a été reportée. 

J’ai 40 ouvriers dans l’usine et c’est dur de les voir si brisés. Ils sont venus comme pour un enterrement. Ceux qui ne sont pas venus ici ne savent pas ce qu’est le football en Argentine, au Brésil, où je vais la semaine prochaine, et dans toute l’Amérique du Sud. 

Lire Aussi  Nigeria : la Première Dame demande pardon pour la mauvaise gestion du pays par son mari

J’ai parlé plusieurs fois ces derniers temps avec l’adjoint au maire de Mendoza. Il m’a assuré que les Argentins ne s’inquiètent pas de l’inflation ou d’une quelconque crise, tant que l’Argentine gagne. J’étais convaincu qu’il avait raison. 

Mais pour l’instant, le choc bloque littéralement tout le pays. Ils pleurent comme si le Président était mort. C’est choquant !», a témoigné l’homme d’affaires.

Advertisement

Á La Une