Connect with us

Divertissement

Côte d’Ivoire – Les entreprises publiques face à la concurrence: Le cas de la RTI et de la SOTRA (Analyse)

Published

on

Les ivoiriens ne décolèrent pas depuis qu’il est acquis que la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI) n’a pas pu s’octroyer les droits de retransmission des matches de la coupe du monde de football 2022 au Qatar. Leur colère est d’autant plus compréhensible, que c’est l’une des rares fois depuis des années, que la télévision ivoirienne n’est pas au rendez-vous d’un événement aussi important. C’est à juste titre que nombre de ces ivoiriens se demandent à quoi sert la redevance qu’ils payent, à leur corps défendant à cette entreprise publique.

La Rti a-t-elle participé à l’appel d’offre pour les droits de retransmission de la coupe du monde ?

Critiquée pour la vacuité de ses programmes, les ivoiriens dans leur humour caustique, ont surnommé la Rti, « la chaîne des grands énervements », en parodiant un de ses slogans d’il y a quelques temps : « la chaîne des grands événements ». D’autres iront plus loin en l’affublant du surnom de, « Sous le haut parrainage… ». Ce saut d’humeur est exacerbé par le fait qu’une chaîne privée, moins expérimentée que la Rti, ait pu s’offrir ce privilège, avec tout ce que cela comporte comme gains, sans que les responsables de la Rti ou toute autre voix autorisée n’ait eu l’élégance et la courtoisie de donner des explications aux ivoiriens. Ils acceptent difficilement cette situation, d’autant plus que tout près de chez eux, au Burkina Faso, la Rtb retransmet les matches pour le bonheur des burkinabé, tout comme le Gbc, la télévision nationale du Ghana, ainsi que de nombreuses autres chaînes publiques en Afrique.

Lire Aussi  Côte d’Ivoire / BAC 2022 : Le Togo cité dans l’épreuve de Français

En l’absence d’explications données par les responsables de la Rti, les ivoiriens se perdent en conjectures et se posent mille et une questions :

– La Rti a-t-elle participé à l’appel d’offre pour les droits de retransmission de la coupe du monde ?

– Si oui, pourquoi ne les a-t-elle pas obtenus ?

– Si non, qu’est-ce qui l’en a empêché ?

– Le fait que Nci, l’une des deux chaînes privées du pays ait pu obtenir ces droits, signifie-il que cette entreprise a une assise financière supérieure à la Rti ?

– Ou a-t-elle bénéficié de passe-droit pour supplanter la Rti ? Cet épisode de notre histoire contemporaine, met en évidence ce qui est de la vie de nos entreprises publiques, soumises à la concurrence avec des entreprises privées. Le cas de la Rti n’est pas singulier. La Sotra, la société de transport public, vit également cette concurrence pour une partie de ses activités : le transport lagunaire. La spécificité des entreprises privées en concurrence avec les deux entreprises publiques, c’est qu’elles appartiennent dans leur entièreté ou pour une bonne part, à des personnes qui sont ou qui gravitent autour du pouvoir, certains, figurant même parmi les décideurs. Dans ce cas de figure, la concurrence peut-elle être saine et loyale ? Des pressions ne peuvent-elles pas s’exercer sur les entreprises publiques au bénéfice de la concurrence ?

La Rti et la Sotra ne font pas l’effort ou ne se donnent pas les moyens pour être à la hauteur du challenge qui leur est imposé

Rien pour le moment ne permet de l’affirmer. Toutefois, des questions se posent quant aux choix stratégiques de la Rti et de la Sotra, pour tenir la concurrence et offrir des services de qualité aux consommateurs. On note à la Sotra, un vieillissement des bateaux et des installations, notamment les quais, qui sont dans un état lamentable. Comment peut-elle dans ce cas, tenir la concurrence, si des investissements ne sont pas faits pour renouveler le matériel roulant ou réhabiliter les installations ? Certes on applaudit le tarif social appliqué par cette entreprise pour le bonheur des élèves et des étudiants, mais cela ne suffit pas. Les mauvaises langues affirment que certains auraient voulu voir la Sotra dans sa composante transport lagunaire, s’écrouler pour laisser la latitude aux entreprises privées d’occuper ce secteur dans son entièreté ; ceci expliquerait cela.

Lire Aussi  Adebayor : ”Vous pensez que je suis devenu fou ? Tirez sur nous, on a nos contre balles”; la star fait une sortie inattendue qui secoue la toile

La Rti ne vit pas autre chose. De nombreux agents de cette chaîne de télévision ont été débauchés et se sont retrouvés sur les chaînes concurrentes. Alors que les ivoiriens sont connus pour être friands des débats, surtout politiques, ils en sont sevrés par la Rti. Les deux autres chaînes privées s’y adonnent à cœur-joie et ne cessent d’étendre leur influence, là où de nombreux ivoiriens déçus du contenu des programmes qu’offre la Rti, ont décidé de lui tourner le dos. La non-réaction des responsables de la Rti face à cet état de fait, est difficilement compréhensible. Impuissance ? Ou volonté délibérée ? En tout état de cause, l’ouverture à la concurrence ne peut qu’être saluée. Elle permet aux consommateurs d’avoir le choix de leurs consommations, mais oblige les entreprises à proposer des produits de qualité afin de pouvoir exister.

Lire Aussi  Il tente d’assassiner la sœur de Jean-Claude Van Damme à l’aide d’un “rouleau à pâtisserie”

C’est pourquoi, les entreprises publiques soumises à la dure concurrence, doivent être à mesure de faire les investissements nécessaires pour être à la hauteur des défis qui se posent à elles. Ce qu’il est donné de voir relativement à la Rti et à la Sotra, laisse penser que ces deux entreprises ne font pas l’effort ou ne se donnent pas les moyens pour être à la hauteur du challenge qui leur est imposé. Le font-elles sciemment ou sont-elles contraintes ? On ne saurait le dire. Si des entreprises publiques ont vu leurs secteurs d’activités libéralisés, et soumis à concurrence, le temps est venu pour mettre fin à la situation de monopole qui existe dans les secteurs de l’eau et de l’électricité. Il est temps de libéraliser ces deux secteurs et trouver des concurrents à la Cie et à la Sodeci. Cela ne sera qu’au bénéfice des consommateurs ivoiriens, par la qualité du service fourni. Ainsi va le pays. Mais arrive le jour où l’ivraie sera séparée du vrai.

Advertisement

Á La Une