Connect with us

Divertissement

Hausse des violations des droits humains en 2022 au Mali

Published

on

La Fédération internationale des droits humains (FIDH) indique une « accélération des violations graves des droits humains contre les civils depuis le début de l’année, notamment des violations sexuelles » au Mali. C’est le résultat d’une enquête intitulée « dans le centre du Mali, bourreaux et victimes vivent ensemble ».

« L’année 2022 sera probablement la plus meurtrière du conflit au Mali depuis son déclenchement en 2012 », lit-on sur la première phrase de ce rapport de 80 pages.

Dans les zones de Ségou et Mopti, cette enquête est basée sur près d’une centaine de témoignages accusant toutes les parties au conflit notamment les groupes jihadistes et d’autodéfense, les Forces armées maliennes (Fama), les forces de défense et de sécurité ainsi que des partenaires paramilitaires Wagner.

Lire Aussi  Luna Skye : opérations ‘ratées’, infections… sa version concernant ses injections aux fesses corroborée

Dénonçant une « milicianisation » et une « ethnicisation » du conflit, la Fédération internationale des droits humains (FIDH) note que les populations civiles du centre du Mali « vivent un enfer ».

Le gouvernement malien pour sa part a réagi à ce rapport de la FIDH en déplorant « la posture négative prise par la FIDH sur les progrès remarquables » de l’armée malienne dans la lutte contre le terrorisme, et assure que les Fama agissent « dans le strict respect des droits de l’homme ».

Advertisement

Á La Une