Connect with us

Divertissement

L’Iran arrête un footballeur exclu de l’équipe nationale pour avoir critiqué le gouvernement

Published

on

Les autorités en Iran ont arrêté un ancien footballeur de l’équipe nationale pour avoir critiqué le gouvernement concernant la répression des manifestations dans la République islamique.

Voria Ghafouri, qui avait été exclu de l’équipe nationale iranienne avant la Coupe du monde du Qatar pour ses critiques du régime, a été arrêté après une séance d’entraînement avec son club local Foolad Khuzestan en Iran. L’homme de 35 ans a été arrêté pour avoir « terni la réputation de l’équipe nationale et diffusé de la propagande contre l’État », a rapporté l’agence Fars News.

Ghafouri a également été accusé de soutenir les « émeutiers« , un terme que les États islamiques utilisent pour désigner les manifestants antigouvernementaux qui ont manifesté après la mort de Mahsa Amini sous la garde de la police des mœurs iranienne le 16 septembre. La jeune femme de 22 ans est décédée trois jours après son arrestation à Téhéran pour avoir prétendument enfreint le code vestimentaire islamique pour les femmes.

Lire Aussi  PSG : grosse inquiétude pour Lionel Messi

Ghafouri, qui a joué pour Esteghlal, l’un des plus grands clubs d’Iran, est l’une des personnalités les plus en vue arrêtées dans le cadre d’une répression à grande échelle contre les manifestants, y compris dans les régions kurdes occidentales dont il est originaire, des groupes de défense des droits affirmant que des dizaines ont été tués au cours de la dernière semaine seul.

Le footballeur arrêté figurait sur la liste des membres de l’équipe iranienne de la Coupe du monde 2018, mais n’a pas été nommé dans la formation finale pour la Coupe du monde de cette année au Qatar. Ghafouri était autrefois le capitaine du principal club iranien Esteghlal avant la résiliation de son contrat et il a déménagé au Foolad Khuzestan. 

Son arrestation intervient alors que les footballeurs iraniens qui participent actuellement à la Coupe du monde ont été avertis par des responsables à Téhéran qu’ils risquaient des représailles pour leur décision « insultante » de ne pas chanter leur hymne national avant leur match de Coupe du monde du Qatar contre l’Angleterre.

Lire Aussi  FC Barcelone : le club lance Romeo Beckham, le fils de David

Advertisement

Á La Une