Connect with us

Divertissement

Mondial 2022 : l’autre Weah, l’Américain

Published

on

En marquant lors du premier match des Etats-Unis contre le pays de Galles (1-1), Timothy Weah a réussi une chose que son très illustre père George, Ballon d’Or 1995 et aujourd’hui président du Liberia, n’a jamais fait : jouer et marquer en Coupe du monde.

L’attaquant de Lille, 22 ans, a inscrit sous les yeux de son père, ex-attaquant de l’AC Milan et du Paris SG, le seul but pour le moment de la Team USA. Mais les Américains ont concédé un score nul et vierge vendredi dernier contre l’Angleterre et peuvent envisager la qualification en huitième de finale lors de leur troisième match contre l’Iran.

« C’est une superbe sensation. Je pense que mon père vit ce moment à travers moi », avait soufflé Timothy, auteur de quatre buts avec les Etats-Unis en 27 sélections.

Lire Aussi  ’Donner l’argent pour cette période de fêtes à votre copine avant qu’il ne soit trop tard’’, dixit une célèbre comédienne

Les deux hommes se sont depuis retrouvés à l’hôtel de la sélection, le président du Liberia félicitant chaleureusement son rejeton alors qu’au pays sa présence au Qatar en pleine crise économique fait énormément jaser.

Un parcours qui ne doit rien à son père

Libérien par son père, Tim Weah se considère, lui, plus jamaïcain, le pays d’origine de sa maman Clar. Quand il est né, le paternel écumait encore les terrains d’Europe et n’était pas souvent à la maison. Lui a vu le jour à Brooklyn et a passé toute son enfance entre la grosse pomme et la Floride.

C’est à 14 ans qu’il décide de quitter le pays du soccer pour suivre les traces de Mister George et s’engage dans le club qui a révélé la star des Lone Stars au monde entier, le Paris Saint-Germain.

Lire Aussi  Kim Kardashian: Kanye West va lui verser 200.000$ comme pension par mois

Weah Jr montre rapidement qu’il n’est pas qu’un « fils de » et signe son contrat pro en 2017. Bloqué par l’effectif XXL du PSG, de Neymar à Mbappé, il choisira de filer à Lille après un crochet en Ecosse, au Celtic.

A lire aussi : George Weah, Mister President

Advertisement

Á La Une