Connect with us

Divertissement

Ghana : un pasteur condamné à 519 ans de prison

Published

on

Un pasteur ghanéen a été condamné à 519 ans de prison pour avoir escroqué plus de 100 personnes qui avaient investi des centaines de milliers de dollars dans sa société.

Selon GhanaWeb, la Haute Cour d’Accra a prononcé la sentence à l’encontre du pasteur Edward Buabeng après qu’il a été reconnu coupable de 173 chefs d’accusation de conspiration en vue de commettre un crime et d’escroquerie.

Le pasteur, qui serait le directeur général de Career Link Marketers Company Limited, devra purger une peine de 8 ans pour chacun des 173 chefs d’accusation. Les peines seront également concurrentes. Au cours de son procès qui a duré trois ans, 12 témoins ont pris la parole pour témoigner contre l’homme de Dieu.

Les plaignants dans cette affaire ont été identifiés comme étant John Osei-Kumi et Brenda Adolphine. Selon le procureur de la République, les plaignants, qui sont également mariés, ont investi conjointement 7 000 dollars dans la société du révérend Buabeng. En outre, Brenda Adolphine a investi séparément 6 000 dollars après qu’on lui a fait croire qu’elle recevrait 40 % d’intérêts après trois mois.

Lire Aussi  « Je défends bec et ongles Fally Ipupa…Ces vieux-là sont jaloux et racistes…», l’artiste reçoit un soutien inattendu

Les plaignants ont fait lesdits investissements en juillet 2018. Mais lorsque le moment est venu pour le couple de recevoir lesdits avantages, le pasteur Edward n’a pas respecté sa part du marché. Le couple a plus tard déposé une plainte auprès de la police après avoir été incapable de récupérer ses investissements. Il a également été établi que plus de 100 personnes avaient déposé des plaintes auprès de la police contre le même pasteur.

Les enquêtes lancées par la police ont également établi que le pasteur Edward s’est caché après que sa société a reçu des investissements d’un montant d’environ GH₵ 1 193 136 (plus de 80 000 $) et 185 408 $, rapporte GhanaWeb.

Après son arrestation, le procureur de la République a déclaré que le pasteur n’a pas nié avoir escroqué les plaignants, ajoutant qu’il a également proposé de rembourser les fonds, car sa société était en mesure de le faire. Et bien qu’un accord ait été conclu concernant les remboursements, le pasteur Edward n’a pas tenu sa parole. Il a donc été arrêté de nouveau et jugé. Le tribunal a toutefois acquitté et libéré la femme du révérend et un autre accusé. Un mandat d’arrêt a également été émis à l’encontre d’un troisième accusé.

Lire Aussi  Togo : Les inscriptions aux Instituts de formation en alternance pour le développement prorogées

 

Advertisement

Á La Une