Connect with us

Divertissement

Magali Berdah : en larmes, elle s’exprime sur le cyberharcèlement qu’elle subit

Published

on

Il y a peu, Magali Berdah s’est confiée sans filtre sur le cyberharcèlement qu’elle subit depuis le début de la croisade de Booba. Au plus mal, elle n’hésite pas à dévoiler des détails CHOC de ce qu’elle vit au quotidien. On vous dévoile tout !

Magali Berdah, v.ctime de harcèlement sur la Toile

Invitée sur le plateau de BFMTV, Magali Berdah se confie une nouvelle fois sur le cyber harcèlement dont elle est v.ctime depuis le début des accusations de Booba. « Ça fait 8 mois et on n’en voit pas la fin. » Explique-t’elle tout d’abord. « Ca a détruit ma vie, ça n’a pas changé ma vie. Ça a vraiment détruit ma vie. »

Il faut dire que depuis le début des accusations du rappeur, la célèbre agente de stars est la cible de nombreuses atta.ques et insultes sur la Toile. « Parce que, quand on ouvre son téléphone, on se fait insulter, on ouvre internet on voit son adresse diffusée, on doit déménager » raconte-t’elle ensuite.

Magali Berdah annonce l’arrestation de 13 personnes

Avant de dévoiler un détail des plus choquants en révélant avoir reçu des « fausses sextapes où je dois expliquer à mes enfants et leur montrer la vraie vidéo pour leur montrer que leur maman n’a pas fait ça. » Mais ce n’est pas tout ! Il semblerait que son adresse ait même été diffusée sur la Toile, l’obligeant à déménager ses bureaux : “J’ai déménagé mes bureaux, il a diffusé le lendemain une vidéo de mes nouveaux bureaux, alors que je ne l’avais même pas encore diffusé au greffe. »


Magali Berdah : en larmes, elle s’exprime sur le cyberharcèlement qu’elle subit

Lire Aussi  Foot: Du tournoi de quartier à la CAN, l’incroyable histoire des Comores

Mais heureusement pour Magali Berdah, la justice fait son travail, et plusieurs personnes avaient été interpellés il y a quelques semaines dans le cadre de cette affaire : « des gens ont été arrêtés et conduits au tribunal correctionnel pour tentative de chantage aggravée (….) il a promis de l’argent, d’après les dires de la personne qui a été arrêtée, pour acheter des audios, complètement découpés sur le site de Booba et sortis de leur contexte ». Magali s’était alors exprimée en larmes face à son téléphone afin d’annoncer la nouvelle de l’arrestation de 13 personnes dans le cadre de l’enquête pour harcèlement.

Une enquête qui avance

Rappelez-vous ! Enfin un peu soulagée, la maman de 3 jeunes filles a tout d’abord dévoilé un communiqué de presse officiel.

« La presse annonce que treize personnes ont été interpellées dans toute la France pour cyberharcèlement et menaces de m*rt à mon encontre. Dont certains à caractère an.tisémite, à la suite de la plainte pénale que j’ai déposée le 25 mai 2022. Douze de ces treize individus sont renvoyés devant le tribunal correctionnel. J’accueille cette nouvelle avec un sentiment d’immense soulagement. J’en profite pour exprimer ma reconnaissance envers les enquêteurs et la justice qui ont parfaitement saisi la gravité des faits que j’ai dénoncés et que je subis sans interruption depuis cinq mois. Ces interpellations démontrent une nouvelle fois qu’Internet et les réseaux sociaux ne sont pas une zone de non-droit. La meute haineuse qui y sévit a oublié tout sens du respect et de la modération. Elle s’est trompée lourdement (…) »

Lire Aussi  Mali : Les soldats ivoiriens graciés 48h après la visite de Faure Gnassingbé

Magali Berdah se livre sur la plateau de BFMTV

Avant de s’exprimer face caméra. En larmes, elle s’affiche en pleures et n’hésite pas à se livrer à coeur ouvert sur toute cette histoire : « Je suis trop contente parce que du coup ça montre à tout le monde que déjà on ne peut pas faire n’importe quoi sur les réseaux. Et que ça ne reste pas impuni. Il faut prendre conscience de ce qui se passe sur les réseaux sociaux, c’est beaucoup trop grave et vous ne pouvez pas faire n’importe quoi et détruire des gens et inventer des choses et raconter des trucs et harceler et menacer de m*rt et compagnie sans avoir de sanctions en fait (…) » 

Aujourd’hui sur le plateau de BFMTV, Magali Berdah continue son combat et continue de dénoncer le cyberharcèlement dont elle est toujours v.ctime.  “Le cyberharcèlement, c’est une mise à mort” continue-t’elle ensuite. « Tant que la v.ictime ne m.eurt pas, le cyberharceleur ne s’arrêtera pas. » Celle dont la société a été condamnée à payer 1 806 495 euros au total à l’influenceuse Emma Cakecup et son chéri finit ensuite en assurant : « On me pointe du doigt pour des pratiques qui n’existent pas. Et si ça existe et bien qu’on me convoque et qu’on m’interroge, je n’ai aucun problème avec ça. »

Magali Berdah défend le monde de l’influence

Il faut dire que Magali Berdah (qui est aujourd’hui sous traitement) s’est toujours montrée transparente sur le combat contre les arnaques sur la Toile. Au début de la polémique, elle s’était confiée à ce propos et avait dit être prête à participer à l’effort pour améliorer ce domaine des ventes sur les réseaux sociaux tout en défendant le monde de l’influence.

Lire Aussi  Côte d'Ivoire: Cycy boutique, incursion dans l'univers des mèches et perruques

« Il est temps de remettre un peu les choses en place, évidemment que rien n’est parfait. Évidement qu’il y a énormément de choses et de règles à mettre en place, évidemment qu’il faut réguler et cela fait très longtemps que j’en parle ouvertement !! Évidemment qu’il y a des bons et des mauvais partout comme dans tous les métiers ! Mais ce qui est sûre c’est qu’être influenceur, c’est un métier exceptionnel. Qui apporte énormément de choses sur le plan social, économique, relationnel et autres ! La diabolisation d’un métier est dangereuse ! ».


Magali Berdah : accusée de condamner Dylan pour la vidéo CHOC car il n'est pas dans son agence, elle réagit !

Magali Berdah : accusée de condamner Dylan pour la vidéo CHOC car il n’est pas dans son agence, elle réagit !


Suite à la vidéo choc de l’agression d’une jeune femme à Dubaï, Magali Berdah a poussé un coup de gueule sur les réseaux sociaux. Dylan Thiry l’accuse d’hypocrisie.

Lire la suite

Advertisement

Á La Une