Connect with us

Divertissement

Regain de tension entre la Suède et la Turquie après l’incendie du saint Coran

Published

on

Comme on pouvait s’y attendre, la Turquie a condamné avec véhémence la manifestation anti-turque autorisée par Stockholm samedi dernier au cours de laquelle le Saint Coran a été brûlé par le militant anti islamiste et anti-immigration, Rasmus Paludan. Cet épisode jette un froid glacial dans les relations diplomatiques entre la Turquie et la Suède.

Les autorités turques sont en colère contre le gouvernement suédois qui a autorisé, au nom de la liberté d’expression et individuelle, l’extrémiste Rasmus Paludan à brûler le saint coran. Pour répliquer contre cet acte qualifié d’odieux et de haine, une action pour la défense du livre sacré de la religion musulmane est prévue mardi devant la même ambassade à Stockholm.

« Une action pour la défense du Coran aura lieu devant l’ambassade de Turquie, sur le site où le Coran a été brûlé. Les sourates du livre sacré pour les musulmans seront lues avec des explications et des traductions en turc, suédois et anglais. Nous visons à éliminer le mal et à le transformer en bien », a annoncé le chef de la Direction des affaires religieuses de la Turquie, Ali Erbas, sur la chaîne de télévision TRT.

Lire Aussi  Élizabeth Teissier "agressée" par Françoise Hardy ? Cette altercation improbable balancée par l'astrologue !

Des incidences sur l’entrée de la Suède dans l’Otan?

L’acte posé par Rasmus Paludan est non sans conséquence dans les rapports diplomatiques entre Ankara et Stockholm. Alors que la Suède a besoin du soutien de la Turquie pour intégrer définitivement l’Otan, cet incident du samedi vient jeter un coup de froid sur les négociations entre les deux pays.

Lundi 23 janvier, le président turc Recep Tayyip Erdogan a clairement indiqué que son pays n’apportera plus son soutien indispensable à la Suède pour intégrer l’Otan.

Advertisement

Á La Une