Connect with us

Divertissement

Cette séquence de « Quotidien » dans laquelle Maïwenn critique les récentes déclarations d’Adele Haenel choque la Toile !

Published

on

En pleine promotion de son dernier projet cinématographique, Jeanne du Barry, Maïwenn était l’invitée de Yann Barthes sur le plateau de Quotidien ce mercredi 10 mai 2023. Au cours de son entretien avec l’animateur, l’actrice et réalisatrice de 47 ans est également revenue sur les dernières déclarations de la comédienne Adèle Haenel. Ce mardi 9 mai, cette dernière annonçait la fin de sa carrière dans le 7e art dans une lettre publiée par le magazine Télérama. « J’ai décidé de politiser mon arrêt du cinéma pour dénoncer la complaisance généralisée du métier vis-à-vis des agresseurs sexuels et, plus généralement, la manière dont ce milieu collabore avec l’ordre mortifère écocide raciste du monde tel qu’il est », écrit-elle. Et d’ajouter : « De la cancel culture au sens premier : vous avez l’argent, la force et toute la gloire, vous vous en gargarisez, mais vous ne m’aurez pas comme spectatrice. Je vous annule de mon monde. Je pars, je me mets en grève, je rejoins mes camarades pour qui la recherche du sens et de la dignité prime sur celle de l’argent et du pouvoir ».

Des propos que Maïwenn trouve « radicaux ». Cependant, l’ex-femme de Luc Besson admet que le milieu du cinéma est « condescendant, pas tolérant » et suscite « beaucoup de jalousie ». Un discours contradictoire pour certains internautes. « Maïwenn dit à Barthes à propos du métier du cinéma que c’est un milieu ‘condescendant, pas tolérant, beaucoup de jalousie, …’ mais quelques secondes après elle balance que les propos d’Adèle Haenel sur le milieu sont radicaux », peut-on lire sur Twitter.

Lire Aussi  Figurant parmi les plus emblématiques Miss France, elle condamne "Charlie Hebdo" suite à un dessin de presse sur le séisme en Turquie !

À voir également :

« J’aime les hommes, j’aime la virilité »

Ce n’est visiblement pas la première fois que Maïwenn pointe son homologue du doigt. En 2020, elle commentait la sortie brutale de sa consœur en pleine cérémonie des César après L’attribution du César du Meilleur réalisateur à Roman Polanski pour son film J’accuse. « Tout ce bordel aux César, j’ai trouvé que c’était n’importe quoi… J’aime les hommes, j’aime la virilité », avait-elle lancé face à Claire Chazal dans Passage des arts. Un point de vue qui avait suscité de vives réactions.

V.B

Advertisement

Á La Une