Connect with us

Divertissement

Staphylocoque doré, septicémie, ulcère… comment la santé de Guillaume Canet a brutalement dégringolé !

Published

on

Grand anxieux, hypersensible, Guillaume Canet a fait de ses angoisses des atouts pour sa carrière de comédien mais aussi de scénariste. Il suffit de regarder Les Petits mouchoirs ! une comédie sur grand fond de désespoir pour chacun de ses héros… Des émotions qui remonteraient d’abord à l’enfance comme il le raconte à Psychologies Magazine de ce mois de septembre 2023. “J’ai fait un zona à 11 ans et un ulcère à 13 ans : mes parents divorçaient, c’était compliqué entre eux, j’avais du mal à accepter ce qu’on vivait, j’en étais inquiet, malheureux”, se souvient le réalisateur d’Astérix et Obélix : L’Empire du Milieu. Accaparé par un métier très chronophage, le papa de Louise et Marcel, fruits de ses amours avec Marion Cotillard, essaie malgré tout d’être un bon père : “Je crois que le suis, j’emmène mes enfants à l’école, je parle beaucoup avec eux, quand je suis là”. Et de confier sans fard : J’aimerais passer plus de temps avec eux, avec ma famille, avec mes amis. Ça, c’est toujours frustrant”.

 

Lire Aussi  Will Smith : pour la première fois, Chris Rock sort du silence, il évoque la gifle de l'acteur et le fracasse en plein show !

A voir également : Alain Chabat bien décidé à montrer la puissance de son “Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre’ !

 

J’ai eu un staphylocoque doré, fait une septicémie

Et côté profession, cela n’a guère arrangé les choses :« Parce qu’on travaille comme des dingues, parce qu’on n’en dort pas, parce qu’on s’oublie », confie-t-il à nos confrères. Réalisateur ? « C’est un métier qui pompe, qui prend beaucoup de vous. Quand on termine un film, surtout comme metteur en scène, on est tout sec, vidé. » Malgré sa santé fragile, le compagnon de Marion Cotillard reste « un boulimique de travail ». Quitte à parfois exploser en plein vol. « Il y a une quinzaine d’années, je montais Ne le dis à personne la nuit et je tournais Ensemble, c’est tout le jour. Quand ça s’est terminé, j’étais épuisé ».Et de poursuivre : « J’ai eu un staphylocoque doré, fait une septicémie, et j’ai passé un mois à l’hôpital : tout s’est arrêté d’un coup ».Un épisode douloureux qui a pourtant permis à Guillaume Canet de mieux connaître ses limites et ainsi d’éviter le point de non-retour : “Depuis, j’ai un petit signal d’alarme.”

Lire Aussi  "Vous allez mourir" : Delphine Wespiser en danger ? Un célèbre voyant lui fait de terribles révélations...

F.V.

Advertisement

Á La Une