Connect with us

Divertissement

« Des messieurs bedonnants », « leurs mains sur mes cuisses » : Helena Noguerra se confie comme jamais sur sa carrière de mannequin

Published

on

En novembre 2023, elle avait poussé 
un coup de gueule

après la publication de photo d’elle et de
son compagnon, Fabien Galthié

, nus, sur une plage, en couverture de Voici. Helena Noguerra a estimé qu’à l’air de Me Too, une telle atteinte à sa vie privée constituait u
ne forme d’agression sexuelle

. Ce 31 janvier 2024, invitée de Léa Salamé, l’actrice est revenue sur le début de sa carrière, et a expliqué comment elle a réussi à échapper aux prédateurs sexuels, qui ont toujours rôdé autour des belles filles comme elle.

« Des gros messieurs bedonnants avec de gros cigares »

Elle s’est souvenue sur France Inter : « J’étais mannequin, j’ai commencé à 14 ans, mannequin femme, et donc j’étais dans ce monde-là, avec
les Epstein et compagnie

, sauf qu’on ne les identifiait pas. C’était notre monde. Et donc quand on m’invitait, quand j’étais à Milan ou à New York, pour des week-ends dans des villas, que j’imaginais avec des gros messieurs bedonnants avec de gros cigares, autour des piscines, avec des filles sublimes en maillot de bain, je voyais bien que je pouvais faire partie des filles en maillot de bain ».

Lire Aussi  "Qu'on leur lance des tomates", agacé chez Laurent Delahousse, Robbie Williams se lâche au sujet de Meghan, Harry, Kate et William !

Et d’ajouter : « Mais très vite j’avais tac tac, je me voyais dans ma petite résidence, dans ma chambre d’hôtel, avec Kundera, son insoutenable légèreté de l’être. Et je préférais passer mon week-end avec Kundera, et donc effectivement, je me suis rendu compte à postériori que la littérature m’a sauvée »

« Ils avaient les mains sur mes cuisses »

De fait, celle qui a avoué qu’au départ ce n’était qu’une « boutade » pour elle, a confirmé : « Je préférais lire, j’ai même des images avec des Patrick Demarchelier, j’étais sur leurs genoux, parce que j’avais 15 ans, et ils avaient les mains en parlant sur mes cuisses, et moi j’avais un livre en main, et je lisais mon livre. C’est-à-dire que leurs mains sur mon corps n’étaient même pas là parce que j’avais un monde entre les mains ».

F.A

Lire Aussi  "Je propose en plus une pipe et un mars..." Benjamin Castaldi tacle les grévistes responsables de la pénurie de carburant !
Advertisement

Á La Une