Connect with us

Divertissement

Gérard Larcher répond aux propos de Sophie Marceau suite à sa sortie sur l’IVG : « Qu’elle vienne avec moi ! »

Published

on

Sur Instagram, le 24 janvier dernier, Sophie Marceau avait vivement pris position contre les propos tenus par le président du Sénat Gérard Larcher, qui s’opposait à une constitutionnalisation de l’interruption volontaire de grossesse. L’actrice révélée par La Boum et L’étudiante n’hésitait pas à s’en prendre avec virulence avec celui chargé d’assurer l’intérim présidentiel en cas d’urgence : « Bien sûr que l’IVG est menacée ! Comme le sort des femmes qui ne peuvent y avoir recours et que vous mettez en danger de mort. Vous n’avez que faire du sort des femmes, en vérité. Vous représentez le patriarcat dans toute sa splendeur : suffisant, rétrograde et hypocrite. Vous faites honte à notre société française. Tant qu’il y aura des hommes comme vous, nous serons toutes en danger » avait-elle balancé.

Invité de Quelle époque ce samedi 3 février pour réagir à la polémique qu’il a déclenchée, alors même que la constitutionnalisation de l’IVG a été votée et validée par le Parlement en milieu de semaine, Gérard Larcher a réagi aux propos véhéments tenus par l’actrice préférée des Français : « Je ferais honte à notre société française (…) Qu’elle vienne avec moi pour voir dans quelles conditions, parfois, c’est fait ! » s’est-il agacé dans un premier temps. Et de poursuivre : « J’ai été président d’un hôpital local de Rambouillet, j’ai une permanence ouverte sept jours sur sept, j’ai accueilli des femmes dans des situations très difficiles, qui tentaient d’échapper aux pressions (…) C’est toujours une décision très difficile, souvent c’est des moments de fragilité (…) Il faut les accompagner (…) Les conditions d’une femme dans cet accueil, c’est quelque chose d’essentiel, et ça, c’est mon combat ! »

Lire Aussi  ‘Mais vous êtes énorme’ : Sarah Lopez enceinte et cible de grossophobie, elle répond

Jimmy Mohamed appelle à « sécuriser l’IVG » face à la montée de l’extrême droite

Le médecin urgentiste Jimmy Mohamed a tenu à confirmer les propos tenus par le président du Sénat, en rappelant que les interruptions volontaires de grossesse découlaient le plus souvent de traumatismes : « L’IVG, ce n’est pas une chance, mais c’est une chance de pouvoir le faire en France. Comme vous le dites à juste titre, c’est parfois l’échec d’une contraception, d’un viol (…) d’un incident quelqu’il soit. Et ce n’est pas un moment agréable. Mais on a la chance de pouvoir le faire » a-t-il déclaré. Avant de toutefois donner raison à Sophie Marceau en tempérant son avis : « Quand on regarde un peu plus loin, quand on voit ce qu’il se passe notamment en Europe, que peu à peu les gouvernements basculent vers l’extrême droite, qu’ils sont ouvertement opposés à l’IVG, on peut se dire qu’il serait peut-être temps de sécuriser ça. »

Lire Aussi  "Personne ne le sait" : ce secret bien gardé par Anthony Delon au sujet de son père !
Advertisement

Á La Une