Connect with us

Divertissement

Amelie Nothomb en discussion avec l’au-delà : sa révélation choc chez Léa Salamé sur son père qui ne lui a jamais parlé de son vivant !

Published

on

Invitée de la matinale de France Inter ce lundi 28 août 2023 à l’occasion de la sortie de son ouvrage Psychopompe, Amélie Nothomb a répondu aux questions de Léa Salamé. Des interrogations qui portaient notamment sur le titre énigmatique de ce livre qui renvoie directement à l’une des « facultés » de la romancière.

« Il m’a fallu des années pour comprendre pourquoi l’oiseau était le symbole de ma vie. Au début, je n’avais que des réponses idiotes à fournir comme ‘l’oiseau, c’est la liberté’, ce qui est faux. Il m’a fallu énormément d’années pour comprendre que si l’oiseau est emblématique de ce que je suis, c’est d’abord parce que j’écris, mais surtout parce que l’oiseau est psychopompe. Et les hasards de la vie m’ont fait découvrir que j’étais psychopompe », a fait savoir Amélie Nothomb.

Lire Aussi  Caroline Receveur : cette boisson bleue qu’elle s’efforce de boire après son long combat contre le cancer

De quoi toutefois continuer à laisser perplexe l’animatrice : « C’est quoi psychopompe parce que c’est le titre de ce livre et même quand on le lit on ne comprend pas tout à fait ce que c’est ? », a-t-elle alors lâché.

A voir également : Léa Salamé : elle a désormais une « Rolex », et ce n’est pas n’importe laquelle !

« La mort n’est pas une limite »

Des explications ont alors été fournies par l’auteure belge : « Littéralement, psychopompe c’est l’escorte des âmes. Ça qualifie des gens comme Hermès ou Morphée qui sont capables de traverser la mort et d’en revenir. Ce sont des gens pour qui la frontière de la mort n’est pas poreuse. Bon, moi quand j’étais petite, j’ai appris l’existence des psychopompes avec beaucoup de curiosité sans savoir que ça m’intéresserait un jour. Puis il m’est arrivé ce qui arrive à absolument tout le monde sur terre, j’ai perdu des êtres cher. Par exemple, en 2020, j’ai perdu mon père et à cette occasion j’ai découvert que j’étais psychopompe puisque mon père qui ne m’avait guère parlé de son vivant, a commencé après sa mort à me parler de façon presque discontinue », a-t-elle révélé.

Lire Aussi  Maximilien (MAPR) : très fier de sa fille, il partage une belle nouvelle

« La mort n’est pas une limite, il n’est pas trop tard pour parler avec la personne : et même, c’est souvent le moment où ça commence « , a assuré Amélie Nothomb. Des conversations de l’au-delà qui continuent de rapprocher le père et sa fille.

L.Z.

Advertisement

Á La Une