Connect with us

Divertissement

Séisme au Maroc : Jamel Debbouze dévasté, il brise le silence !

Published

on

Le bilan humain et matériel s’alourdit d’heure en heure. À 14 h 00 ce samedi 9 septembre, les autorités marocaines font état d’au moins 820 morts, et plus de 670 blessés. De nouvelles informations sur le drame qui a secoué tout le Maroc ont pu être dévoilées par le Centre national pour la recherche scientifique et technique de Rabat : le séisme, évalué à 7 sur l’échelle de Richter, a son épicentre situé dans la province de Al-Haouz, au sud-ouest de la ville de Marrakech. Les villes et provinces voisines de Taroudant, Chichaoua et Ouarzazate ont été lourdement touchées, et les secousses ont même été ressenties jusqu’à Rabat et Casablanca, situées à plus de 300 kilomètres de l’épicentre.

Un drame humain quasi-historique pour le Maroc, qui n’avait plus connu pareil drame depuis vingt ans. Le 24 février 2004, un séisme moindre, de magnitude 6,3, avait frappé Al Hoceima, une province située à quelques centaines de kilomètres de la capitale, et avait provoqué la mort de 628 personnes. Le plus gros séisme marocain remonte à 63 ans, puisqu’en février 1960, un tremblement de terre d’une intensité exceptionnelle avait décimé la ville d’Agadir, provoquant la mort de 12 000 personnes.

Lire Aussi  "Une porcherie", "rien dans le frigo"… Adixia se lâche et balance sur le fils de Benjamin Castaldi !

 »Prenons soin les uns des autres »

Sur Twitter, l’humoriste Jamel Debbouze a commenté cette triste tragédie :  »Terrible nuit, terrible réveil. Tout mon soutien et mes dépenses aux victimes, à leurs proches et à toutes les personnes touchées par le tremblement de terre. Aidons et apportons tous à notre échelle notre contribution pour aider le Maroc et prions pour que des vies soient sauvées dans les heures et les jours qui viennent. Prenons soin les uns des autres, courage et force » a déclaré le fondateur du Marrakech du Rire.

Bien que natif de Paris, Jamel Debbouze a vécu les deux premières années de sa vie à Taza, où ses parents, employés à la RATP pour monsieur et employée à Bouygues pour madame, décident de repartir vivre. Ils reviennent finalement au bout de deux années, et s’installent à Trappes, où l’humoriste vivra une adolescence compliquée, parsemée de drames et rixes en tout genre.

Lire Aussi  "Une daube", Bernard Farcy, star de "Taxi" cash sur Marion Cotillard et ce qu’elle est devenue

La rédaction

Advertisement

Á La Une