Connect with us

Divertissement

Marion Cotillard balance sur tous les hommes qu’elle a dû repousser : « pas un objet pour assouvir des fantasmes déviants »

Published

on

Ce mercredi 15 novembre 2023, Marion Cotillard est de retour au cinéma dans le film Little Girl Blue, de la réalisatrice Mona Achache. Dans ce film qui est à mi-chemin entre fiction et documentaire, l’actrice de 48 ans incarne la mère de la réalisatrice, Carole Achache, qui a été victime notamment d’agressions sexuelles dans les années 70 et 80. Devenue autrice, Carole Achache s’est suicidée en 2016 et sa fille a décidé de lui rendre aujourd’hui hommage à travers ce film poignant à ne pas manquer.

À l’occasion de la sortie du long-métrage, Marion Cotillard était ce mardi 14 novembre 2023, sur le plateau de l’émission « Clique » et s’est confiée face à Mouloud Achour,
sur son adolescence compliquée

. Ce mercredi 15, c’est dans les colonnes du journal Nice-Matin qu’elle prend la parole sur la question des comportements déplacés et des agressions sexuelles dans l’univers du septième art.
« Il y a beaucoup d’hommes que j’ai dû repousser et remettre en place. Des hommes à qui il a fallu expliquer, et parfois violemment, que je n’étais pas un objet dont on pouvait se servir pour assouvir des fantasmes déviants » avoue la femme de Guillaume Canet. « Sur mes choix artistiques, j’ai eu la chance qu’on m’offre des rôles d’une grande complicité en sachant qu’il y a toujours une faiblesse chez quelqu’un de fort et une force qui sommeille chez quelqu’un de faible » analyse-t-elle ensuite.

Lire Aussi  Hunter Schafer (Euphoria) dévoile sa poitrine sur le tapis rouge : son look pour la soirée Vanity Fair 2023 divise la toile

« Il a fallu se battre » Maman de Louise (bientôt 7 ans), Marion Cotillard mène désormais un combat pour faire bouger les choses. « Il y avait un foisonnement de créativités au sein d’une époque où la femme a une place ambiguë dans le regard de l’homme. Cette subordination entache cette période. Heureusement des femmes sont allées combattre pour cette liberté. Aujourd’hui, même si le chemin à parcourir est encore long, on est considéré d’une autre manière« .
Et de conclure : « Mais il a fallu se battre. En ce qui concerne la manière dont on a pu se servir du corps de la femme comme si c’était un dû, le combat continue. La révolution MeToo nous a cependant permis de parler et d’être écoutées« .

ES

Advertisement

Á La Une