Connect with us

Divertissement

« Un trou à rat insalubre » : cette maladie que Jean Reno a développée enfant à cause de l’endroit où il vivait

Published

on

S’il est aujourd’hui l’un des acteurs français les mieux payés et les plus bankable, avec d’immenses succès populaires restés dans la mémoire collective, tels que Les Visiteurs, Le Grand Bleu, Mission impossible et Nikita, Jean Reno n’a toujours pas eu une vie aussi facile et aisée. Dans un entretien accordé à 
Bernard Montiel

sur RFM ce dimanche à l’occasion de la sortie du film
Maison de retraite 2
 dans lequel il tient le second rôle principal après 
Kev Adams

, Jean Reno revient avec émotion sur son enfance passée à Maroc, et plus précisément à Casablanca, où et il est né et a vécu avec ses parents espagnols, qui l’ont nommé Juan Moreno y Herrera-Jimenez le 30 juillet 1948.

En 1948, le Maroc était sous protectorat français. Ses parents andalous voulant fuir le régime de Francisco Franco trouvent refuge au Maroc, mais la vie est loin d’être facile. Pendant près de vingt ans, 
Jean Reno

Lire Aussi  Léa Salamé : Près d’un an après leur séparation, Laurent Ruquier balance sur le succès de la journaliste !

vit dans l’insalubrité la plus totale ; une pauvreté qui l’amènera à développer une maladie grave, et dont il garde aujourd’hui encore des séquelles. « Je suis né dans un trou à rat. Je suis né dans un endroit totalement insalubre, fermé dans une cour. Il y avait simplement une fenêtre et une porte donnant sur la cour où il y avait d’autres habitations du même type. Je suis parti de là avec de l’asthme que j’ai réussi à juguler autour de 12 ans, à la puberté«  a expliqué l’acteur français.

Une carrière commencée tardivement

L’asthme infantile est effectivement moins grave que le simple asthme. Jean Reno a dû attendre de quitter le Maroc au début des années 70 pour enfin voir sa vie changer, et sa carrière débuter : « C’est un pays très beau. Il y a toute une ambiance, tout plein de petites choses. Dès que je goûte du cumin, paf, le Maroc arrive ! Mais la gentillesse des gens aussi. Les Marocains sont extrêmement accueillants et affables » se souvient toutefois celui qui a débuté dans le cinéma en 1979, à l’âge tardif de 31 ans, dans L’hypothèse du tableau volé. Après avoir donné la réplique à Michel Galabru, 
Romy Schneider

Lire Aussi  Marie Portolano : six mois après son arrivée a "Télématin", elle retourne déjà sur M6

, Josiane Balasko et Alain Delon dans des films ou il campait des rôles figuratifs, Jean Reno attendra 1988 pour obtenir son premier grand rôle avec 
Luc Besson
 et Le Grand Bleu.

Advertisement

Á La Une