Connect with us

Divertissement

Décès d’Émile : le travail des chiens pisteurs a été altéré

Published

on

Des mois après sa disparition, le décès du petit Émile a été confirmé avec la découverte d’ossements lui appartenant, dans un lieu qui aurait été fouillé. Nous vous expliquons pourquoi et comment les chiens pisteurs auraient pu ne pas le trouver.

L’affaire du petit Émile, retrouvé sans vie après avoir disparu dans la tranquille bourgade du Haut-Vernet, soulève des interrogations qui persistent et s’intensifient. Une trouvaille macabre a eu lieu : une randonneuse a découvert le crâne de l’enfant, qui n’avait plus donné signe de vie depuis le 8 juillet 2023. Par ailleurs, le célèbre médecin légiste Bruno Frémont avait donné son avis, expliquant des théories probables et d’autres qui le sont moins quant à ce qui a pu arriver à Émile.

L’enquête en cours peine à démêler les fils de cette disparition et de ce décès tragique. Des chiens dressés pour la recherche de restes humains ont été incapables de retracer le parcours d’Émile ou de le localiser, malgré leurs compétences reconnues dans ce domaine. Cette incapacité soulève une question troublante : les chiens ont-ils réellement été à même de mener à bien leur mission, ou des facteurs extérieurs ont-ils influencé leurs performances ?

Lire Aussi  Urgent - Après 12 ans de relation avec le richissime homme d’affaires Aram Ohanian, Adriana Karembeu le quitte et fait une étrange déclaration…

Les conditions auraient pu empêcher les chiens de retrouver la trace d’Émile

Jean-Luc Blachon, le procureur en charge du dossier, a évoqué une hypothèse qui pourrait expliquer cette énigme. Selon lui, les conditions climatiques extrêmes, notamment les fortes chaleurs, auraient pu altérer les capacités olfactives des chiens pisteurs. Il a été confirmé que ces animaux n’ont pas exploré avec précision la zone où les ossements d’Émile ont été découverts par une randonneuse qui aurait ramassé le crâne avant d’appeler la gendarmerie.

En effet, les températures avoisinant les 30 °C, associées à un terrain accidenté, créent un environnement peu propice à la recherche par les chiens pisteurs. Les fluctuations thermiques et les courants d’air ont vraisemblablement contribué à disperser les odeurs, compliquant d’autant la tâche des chiens et de leurs maîtres. De plus, le chef d’escadron du Centre national d’instruction cynophile de la gendarmerie de Gramat avait partagé son expertise pour expliquer ce qui aurait pu compliquer la tâche des chiens pisteurs.

Lire Aussi  Thierry Ardisson marié avec Audrey Crespo-Mara : "Ma plus grande histoire d'amour"

Pourquoi les chiens ont-ils perdu la trace du petit garçon ?

Au-delà des conditions environnementales, d’autres facteurs intrinsèques au travail des chiens pisteurs méritent l’attention. Leur entraînement les prépare à suivre des pistes chaudes ou froides, mais la réussite de leur mission dépend grandement de la nature du terrain et des conditions atmosphériques. Ainsi, le chef d’escadron du CNICG précise que le vent, le relief et la chaleur affectent significativement la perception des odeurs par les chiens, rendant leur tâche ardue dans des lieux comme le Haut-Vernet.

De son côté, Barbara Ferry, une spécialiste des odeurs humaines au centre de recherche en neurosciences de Lyon, s’est également exprimée à ce sujet. Elle pointe du doigt une réalité moins connue : les odeurs laissées par les enfants diffèrent de celles des adultes, étant moins complexes et moins riches en indices. Mais selon elle, si la piste d’Émile s’est brusquement arrêtée, cela suggère qu’il n’était plus en contact avec le sol. Cela peut notamment arriver en étant porté ou en montant dans un véhicule. Par ailleurs, il est possible qu’Émile ait été victime d’une chute mortelle.

Lire Aussi  Jazz Correia : maman pour la quatrième fois, elle montre son corps post-partum

The post Décès d’Émile : le travail des chiens pisteurs a été altéré appeared first on Officielles.

Á La Une