Connect with us

Divertissement

Menacée il y a 3 ans, la journaliste Christine Kelly annoncée morte : son démenti en direct

Published

on

Ce mercredi 10 avril 2024, c’est sur un 
démenti important que Christine Kelly

a décidé d’ouvrir sa quotidienne « Face à l’info » sur CNews. En direct, quelques heures après un premier post Instagram, elle a répondu à la folle rumeur qui la disait morte des suites d’une leucémie, sur les réseaux sociaux.

« Christine Kelly a rendu son dernier souffle à 5h du matin »

Alors que son son compte, elle avait cité, « Christine Kelly a rendu son dernier souffle à 5h du matin » avant de commenter, interdite : « Je me faisais une autre idée du paradis », en direct sur la chaîne d’information continue, elle s’est adressée directement à ses fidèles téléspectateurs.

L’ancienne membre du CSA

 a assuré : « Oui, je sais que beaucoup d’entre vous ont eu un choc aujourd’hui. Je ne suis pas morte« . Et de poursuivre : « J’ai eu beaucoup d’appels. Des gens en pleurs. Ils m’ont dit : ‘Christine, on pensait vraiment que tu étais décédée’« . « Je suis là ! Je suis très choquée ! Moi, je l’avais pris pour une blague parce que je sais que je suis encore en vie », a-t-elle aussi précisé, tout en se touchant le visage comme pour se le prouver à elle même.

Lire Aussi  Après son passage remarqué dans "The Voice", Abram taclé par un célèbre chanteur français qui ne valide pas du tout : "Pour moi, c’est balancer, crier !"

Par ailleurs, la star du PAF a assuré que « cette mauvaise blague » avait heurté ses proches et ses amis et de déplorer : « Je regrette vraiment ce genre de blagues sur la vie des gens !« . Ce n’est toutefois pas la première fois qu’elle vit un choc à cause des réseaux sociaux.

« On va te décapiter, on va voir ta tête tomber sur le sol »

Souvenez-vous, en novembre 2021, elle avait reçu de
graves menaces de mort

, qui avaient entraîné sa
mise sous protection policière

. En janvier 2024, l’ancienne chroniqueuse de Cyril Hanouna est revenue sur cette grave affaire, en rappelant qu’on lui avait écrit « On va te décapiter, on va voir ta tête tomber sur le sol », en raison de son émission qui avait donné une tribune à Eric Zemmour qui ne plaisaient pas « à un certain public ». Et de se souvenir douloureusement : « sans même connaître mes positions (…) sans même donner mon opinion, on n’est menacée de mort. »

Advertisement

Á La Une