Connect with us

Divertissement

« C’est une maladie de merde » : Christophe Dechavanne, ses confidences poignantes sur l’alcoolisme

Published

on

En pleine promotion de son autobiographie intitulée Sans transition,Christophe Dechavanne

était, ce mercredi 24 janvier 2024, l’invitée d’
Anne-Elisabeth Lemoine
sur le plateau de C à vous. L’occasion pour l’homme de télé d’évoquer l’un des drames de sa vie : la perte de son père, décédé en 1984 à l’âge de 54 ans.

« Même avant de partir, il n’était pas souvent avec moi », a confié l’acolyte de
Léa Salamé

. « J’ai deux souvenirs ; je suis allé voir un match Bouttier – Monzon à Colombes. On avait des billets à 2 balles, on voyait deux petits trucs noirs qui couraient sur un ring. Et une autre fois, il m’avait emmené à la chasse, et le retour avait été chaud parce qu’on avait failli se foutre en l’air. J’ai compris pourquoi quelques années plus tard… »

Sans fard, Christophe Dechavanne est en effet revenu sur la « maladie » dont souffrait son paternel. « Il était alcoolo-dépendant, et c’est très triste cette maladie », a-t-il révélé. « Quand j’étais jeune avec des copains dans la rue et qu’on voyait un type qui titubait, ils disaient : ‘Regarde, il est bourré, c’est marrant’. Eh bien non. D’ailleurs, je dis qu’il ne faut pas dire alcoolique si on va parler à quelqu’un parce que c’est blessant. »

Lire Aussi  Belle Longwell : elle est accusée d’être une ancienne escort

A voir également : Malaise dans « Quelle Époque » : Pascal Obispo hiérarchise les misères… et se fait rappeler à l’ordre par Christophe Dechavanne !

Christophe Dechavanne en colère

Le papa de Ninon, Pauline et Paul-Henri

préconise en effet d’employer le terme « dépendance ». « Ce sont des gens qui ont besoin d’aide parce que c’est une maladie de merde dont on ne se sort pas tout seul, à moins d’être un mutant, et il ne faut pas rire avec ça. »

Ému, celui qui a longtemps présenté La Roue de la fortune, s’est aussi indigné de voir « les budgets des services d’addicto » baisser. Pour lui, ceux-là permettent de sortir « des milliers de gens du système de l’alcoolo-dépendance. C’est-à-dire que ça évite des milliers de femmes battues, d’accidents de voiture, etc. Et on réduit chaque année les budgets des services d’addictologie. C’est un truc de ouf, je ne comprends pas. » Un bouleversant témoignage.

Lire Aussi  Pierre Palmade : Gros rebondissement dans l'enquête... ces nouveaux éléments qui bouleversent tout !

V.B

Advertisement

Á La Une