Connect with us

Divertissement

Le réalisateur Philippe Lioret (Je vais bien, ne t’en fais pas) mis en cause par 10 actrices dont Marie Gillain

Published

on

Un nouveau monstre sacré du cinéma français dans la tourmente.
Philippe Lioret

, à qui l’on doit notamment « Je vais bien, ne t’en fais pas » est pointé du doigt pas une dizaine d’actrices selon un riche enquête menée par la rédaction de France info. Ces jeunes femmes accusent le réalisateur de baisers forcés et de gestes « déplacés » lorsqu’elles passaient des essais. Si la plupart a choisi de parler à visage découvert c’est pour, disent-elle, que « les pratiques changent au moment des castings, là où elles sont les plus vulnérables« .

Les faits remonteraient à l’été 2010 lors du casting du film Toutes nos envies adapté du roman d’Emmanuel Carrère. A cette occasion, 
Philippe Lioret

aurait rencontré une cinquantaine d’actrice. Parmi elle, dix dénoncent un comportement déplacé de la part d’un des réalisateurs les plus en vogue en France. C’est le cas d’
Amandine Dewasmes

qui a décroché u des rôles principaux

. Au moment du casting, fait étrange, c’est Philippe Lioret qui lui donne la réplique pour une scène intime. Au micro de nos confrères, elle raconte : « À partir du moment où j’ai senti ses mains et ses doigts dans mon cou, sur mes hanches, son souffle dans coups mon corps s’est pétrifié » raconte-t-elle.

Lire Aussi  Tiffany (Koh-Lanta) : enceinte de cinq mois, elle montre pour la première fois son baby bump

Autre témoignage déroutant, celui d’
Elodie Frenck

aussi au casting :« Il a commencé à être très insistant. Il mettait sa bouche dans mon cou, il avait le souffle court, j’étais très mal à l’aise. Je me dégageais et il me disait : ‘Mais tu veux le faire ou tu ne veux pas le faire ?’ Je me sentais comme une petite souris au fond de la boîte« confie la comédienne qui aurait dû rejouer cette scène plusieurs fois. « C’était de plus en plus désagréable. Il voulait me toucher plus pour que ce soit plus vrai. Et tout d’un coup, j’ai décidé que ça suffisait. Je suis partie » conclue-t-elle.

Dans cette longue enquête, France info affirme avoir visionné certains de ces essais qui corroborent avec les dires de ces jeunes femmes alors que l’assistante du casting a simplement répondu à la chaîne publique : « Les actrices se sont faites tripotés« . Par ailleurs, Philippe Lioret aurait également demandé à certains comédiennes de montrer leurs poitrines durant ces auditions alors que le film ne comporte aucune scène de nudité. Une actrice qui a choisi de taire son nom raconte : « Il m’a dit « je voudrais voir ta poitrine si je dois la filmer. il y avait quelque chose de malsain, de pas nécessaire« .

Lire Aussi  La lettre d’Ines, le coffret : découvrez le contenu de la box du mois de décembre 2023

Marie Gilain gêné également par l’attitude du réalisateur

Parmi les accusatrices se trouve également
l’actrice Marie Gillain

, qui a obtenu le rôle principal de Claire dans Toutes nos envies. Dans un texte envoyé à France Info elle déclare :« Je ne lui ai pas dit. Sans doute parce qu’il avait tous les pouvoirs à ce moment-là, en particulier celui de me donner ou pas ce rôle dont je rêvais » dit-elle . L’actrice qui évoque « une sensation de malaise » lors des essais et « une attitude charnelle » ajoute : « Ne pas se sentir respectée dans son intégrité morale et physique lors d’un entretien d’embauche n’est plus acceptable […] Il est urgent que toutes les actrices et tous les acteurs puissent enfin se sentir en totale sécurité lors d’un casting ou dans un processus d’essais ou de rencontre avec un réalisateur. »

Des baisers forcés ?

Autre accusation qui remonte, cette fois, aux années 1990. Alors que Philippe Lioret dinait avec une actrice expérimentée, ce dernier l’aurait embrassé sans son consentement. C’est exactement ce que déclare avoir vécu une autre actrice à la même époque. Souhaitant rester anonyme, elle raconte : « Il m’invite à déjeuner pour parler du rôle principal que je devais avoir, se rappelle la comédienne. Mais au moment de partir, de manière assez brutale, il m’attrape par les épaules et m’embrasse goulûment, confie-t-elle. Je suis restée pétrifiée. Voyant mon état de sidération, il est parti« . S’il s’est excusé, Philippe Lioret n’aura pas donné le rôle principale à cette actrice mais lui a donné un « petit rôle« .

Lire Aussi  "Il a juste traversé la rue pour trouver du boulot !" : un homme s'introduit clandestinement à l'Elysée... la toile jubile !

Par la voix de son avocate, Philippe Lioret dit s’excuser « si son comportement lors des castings a pu heurter des comédiennes ».

Advertisement

Á La Une