Connect with us

Divertissement

« La vulgarité incarnée » : Éric Naulleau s’en prend de nouveau à Aya Nakamura pour les JO

Published

on

Éric Naulleau critique de manière virulente Aya Nakamura une nouvelle fois à cause de son éventuelle participation aux JO de Paris.

La possibilité d’une cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris avec Aya Nakamura en vedette provoque un véritable séisme sur les réseaux sociaux. Entre les aficionados de la chanteuse et ses détracteurs, le débat est loin d’être modéré. La possibilité que l’interprète de « Djadja » revisite un classique d’Édith Piaf lors de ce rendez-vous mondial polarise : si certains y voient un hommage audacieux, d’autres, à l’instar d’Éric Naulleau, y décèlent un choix discutable.

La controverse s’étend bien au-delà des opinions d’Éric Naulleau, rejoignant des échos similaires dans le monde politique et médiatique. Pour eux, Aya Nakamura ne correspondrait pas à l’image que la France souhaite projeter à travers un événement d’une telle envergure. Leur argument principal ? L’artiste, malgré sa popularité internationale, ne capterait pas l’essence de la culture française, tant par son style que par son utilisation de la langue.

La controverse d’Aya Nakamura

En réponse à cette vague de critiques, des voix s’élèvent en défense de Nakamura, soulignant l’importance de sa contribution à la musique française moderne. Des figures telles que Hugues Aufray, Patrick Bruel et Michèle Torr n’ont pas hésité à afficher leur soutien, mettant en avant la diversité qu’elle apporte au paysage musical français et dénonçant les sous-entendus racistes de certaines attaques.

Lire Aussi  Un célèbre candidat accusé d’être un ancien escort gay, des images compromettantes dévoilées !

Éric Naulleau, fidèle à son franc-parler, ne mâche pas ses mots lorsqu’il évoque la musique d’Aya Nakamura. « C’est une très très très mauvaise idée parce qu’Aya Nakamura, c’est le plus merdique de la muzak, c’est-à-dire la musique mondialisée » a-t-il déclaré. Il a ensuite critiqué son recours à l’autotune. Selon lui, cette pratique s’apparente à une « maltraitance » de la langue française. Au-delà de la technique, c’est l’image qu’Aya Nakamura véhicule qui ne trouve pas grâce à ses yeux.

Éric Naulleau attaque une nouvelle fois la chanteuse

Lors de sa présence sur le plateau de Buzz TV, puis de TPMP, Éric Naulleau a réaffirmé sa position, arguant qu’Aya Nakamura n’était pas la figure idéale pour incarner la France lors d’un événement aussi prestigieux que les JO. Mais le chroniqueur ne s’est pas arrêté là et a poussé le bouchon encore plus loin. Estimant que la chanteuse est bien loin de la « classe » et de l’« élégance » traditionnellement associées à la femme française, il a partagé son opinion sans retenue :

Aya Nakamura est la vulgarité incarnée. Un autre aspect important de la culture française, c’est la langue française. Or elle chante dans une bouillie de français.

À travers ce débat, Cyril Hanouna a lui aussi participé, suggérant des noms alternatifs comme David Guetta, Soprano ou Vianney pour représenter le pays. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’émission Touche pas à mon poste aborde ce sujet brûlant d’Aya Nakamura aux JO de Paris. Pour l’instant, la chanteuse, défendue par la ministre des Sports et des Jeux Olympiques, mais aussi par Emmanuel Macron après avoir du faire face au racisme, n’a pas pris la peine de répondre à ces propos.

The post « La vulgarité incarnée » : Éric Naulleau s’en prend de nouveau à Aya Nakamura pour les JO appeared first on Officielles.

Á La Une