Connect with us

Divertissement

« On a le droit de le détester », Bruce Toussaint cash sur Michel Sardou et sa décoration à venir

Published

on

C’est une date dont il se souviendra sans doute longtemps. A l’aube de ses 60 ans de carrière, 
Michel Sardou

s’apprête à être décoré

. L’interprète des Lacs du Connemara va, en effet, recevoir l’ordre national du Mérite. Une insigne qui lui sera remise à l’Élysée en juin prochain alors qu’un proche du président a déclaré à une journaliste du NouvelObs les raisons de ce choix : « Michel Sardou a su diagnostiquer, des années avant Michel Houellebecq, le mal-être masculin dans ses textes« . Une annonce à laquelle n’a pas encore réagit le
chanteur

de 77 ans mais qui a ulcéré certains de ses détracteurs; à commencer par les féministes.

Ce jeudi 11 avril, dans la matinale Bonjour ! de
Bruce Toussaint

,
Christophe Beaugrand

est revenu sur cette polémique naissante. L’occasion pour l’ancien journaliste de BFM TV de se montrer surpris par tout ce bruit autour de cette décoration. A l’issue de la chronique, il n’a pas mâché ses mots : « Chacun a le droit d’avoir une opinion sur un artiste mais bon… Il y a quand même une sorte d’hystérie collective autour de Michel Sardou non ? Ça reste un chanteur non ? On a le droit de détester même si on n’aime pas les chansons de Michel Sardou mais enfin bon… Est-ce que ça suscite une telle réaction, je ne sais pas… » a conclu 
Bruce Toussaint

Lire Aussi  "On est sorti du restaurant torchés, c’était terrible !" Frédéric Bouraly de "Scènes de ménages" avoue avoir dérapé avec sa partenaire Valérie Karsenti !

étonné.

Que reprochent les féministes à Michel Sardou ?

Alors que l’écologiste 
Sandrine Rousseau

a immédiatement fait part de son mécontentement : « Il a objectivement une carrière qui mérite qu’on la salue surtout au moment où elle s’arrête » avant d’ajouter sur son compte X : « Le patriarcat va tomber, il vacille déjà. Mais il se décoreront tous avant mutuellement » a ironisé l’élue. De leur côté, les féministes du mouvement MeToo aussi voient rouge à l’image d’Emmanuel Dancourt, présidente du mouvement #MeToo. Pour elle, le
chanteur

« participe au sexisme ordinaire en validant, par sa notoriété, des phrases et des concepts qui sont aujourd’hui complètement inaudibles« . Enfin, Laurence Rossignol a aussi fait part de son agacement suite à cette annonce. Sur X, la sénatrice cite la chanson Les Villes de lumières : « ‘J’ai envie de violer des femmes, de les forcer à m’admirer ». Nous voilà rassurées, c’est juste l’expression du malaise masculin » a-t-elle écrit.

Lire Aussi  Alicia (MAPR) : elle se livre sur sa discussion avec Jennifer après sa rupture avec Bruno

Cet ordre national du Mérite qui devait être une fête prend une autre tournure et semble être un cadeau empoisonné pour
Michel Sardou

qui vient de mettre un terme à sa carrière

après avoir achevé, en mars, une dernière tournée de 63 dates, qui a réuni près de 400 000 spectateurs.

Advertisement

Á La Une