Connect with us

Divertissement

Cette sororité, moi je ne l’ai pas vue » : Alessandra Sublet dénonce l’hypocrisie des féministes « harpies

Published

on

A l’affiche de « Tous les Risques n’auront pas la Saveur du Succès« ,
Alessandra Sublet se lance

, seule en scène. Et ce 16 novembre 2023, alors qu’elle était l’
invitée de Mouloud Achour

dans « Clique », sur Canal +, pour une interview « sans filtres« , l’ex animatrice a réglé ses comptes avec les féministes au discours trop extrémiste.

« Cette sororité, moi je ne l’ai pas vue »

L’ex femme de Clément Miserez

 a ainsi assuré « J’aime les hommes autant que les femmes, je suis pour l’égalité hommes femmes », avant de balancer : « Je pense qu’il faut arrêter de chercher un ennemi quelque part, d’être toutes là en sororité, alors qu’en fait pardon, mais cette sororité, moi je ne l’ai pas vue à plein d’endroits dans ma vie personnelle et professionnelle ».

Lire Aussi  Rachida Dati : la ministre de la Culture enflamme les réseaux sociaux avec Tayc et Dadju

Et d’ajouter, encore plus franche : « moi, j’ai beaucoup d’hommes qui m’ont porté dans ma vie, extraordinaires, des femmes aussi, mais pas toutes. Elles sont pas toutes incroyables et géniales ! Il y a eu des vraies harpies, il y a eu des vraies connasses ».

Une hypocrisie qui a transformé un discours nécessaire en une lutte, et qui a laissé la parole à un « féminisme d’amazones » qui n’est pas sa vision. Aussi, Alessandra Sublet a estimé que c’était « aux femmes de se libérer ». La jolie brune nuance par ailleurs : « j’ai compris pourquoi ces extrêmes faisaient avancer les choses et certaines femmes ont eu raison de le faire, elles ont été touchées de plein fouet par une violence inouïe que je ne connais pas ».

« Ben allez-y ouvrez la bouche en fait« 

Lire Aussi  "J’aime cette part d’intime" : cette émission à laquelle Emmanuel Moire aimerait beaucoup participer

De fait, la 
maman de Charlie et d’Alphonse

veut aujourd’hui dire aux femmes « ben allez-y ouvrez la bouche en fait« . Et de conclure : « Moi je le ferais parce que je me suis rendu compte, d’une, que ça me faisait du bien. Et de deux, que ça faisait du bien aux autres. Donc pour moi, il doit plus y avoir de tabou là-dessus. Mais c’est aux femmes de le dire ».

F.A

Advertisement

Á La Une