Connect with us

Divertissement

“Les filles c’est rose, les garçons c’est bleu » : Liam Di Benedetto (Les Marseillais), ce qu’elle refuse à ses fils, Jeremstar outré

Published

on


Liam Di Benedetto
est connue pour son franc-parler. Déterminée, la jeune femme n’a pas l’intention de se laisser dicter sa conduite. C’est en tout cas ce qu’elle faisait savoir dans le vingt-septième épisode de Baby Story posté sur la chaîne YouTube de
Jeremstar

.

Enceinte de deux bébés parloirs

, celle qui faisait ses débuts sur le petit écran en 2016 en participant à la sixième édition des Marseillais s’est longuement confiée sur sa grossesse et ses craintes de donner naissance à deux garçons. « Les garçons ce n’est pas pareil. Moi je suis très fifille, vernis, ma fille je lui mets du vernis. Là il va falloir faire de la moto-cross », a-t-elle lancé. Une fausse problématique pour le vidéaste qui a supposé que les fils de la candidate de téléréalité auront peut-être également envie de mettre du vernis. Une idée qui n’a manifestement pas plu à la jolie brune.

@bestofjeremstar Alors vous en pensez quoi ? Vernis pour les garçons ou que pour les filles ?? #liam#jeremstarliam#babystory#liamdibenedetto#vernisaongle♬ son original – BestOfJeremstar

« Non je ne pense pas », a immédiatement répliqué la jeune maman. À cela, Jérémy Gisclon, de son vrai nom, a rétorqué : « Qu’est-ce que c’est que ces clichés ? Ça te ferait chier qu’ils mettent du vernis ? » Une question à laquelle Liam Di Benedetto a répondu par l’affirmative. « Mes garçons, je ne leur mettrais pas de vernis. Pour moi, les filles, c’est rose, les garçons, c’est bleu. »

Lire Aussi  Décès de Nahel à Nanterre : la version du policier se précise

A voir également : Senna (Secret Story): récit poignant sur son ex qui lui a donné du mal a vivre

« Les autres, mais pas les miens »

Face à cette vision du monde, Jeremstar ne pouvait rester de marbre. Fier défenseur de la diversité, ce dernier a tenté de raisonner l’épouse de Christophe Dicranian. « On est en 2024 Liam je ne suis pas d’accord. On laisse son enfant s’exprimer comme il le souhaite et il n’y a pas d’activité de filles ou de garçons on s’en fout », a-t-il précisé.

Pas de quoi convaincre Liam Di Benedetto. « Ma fille, en septembre, je vais l’inscrire à la danse, je ne vais pas l’inscrire à faire de la moto-cross. C’est une fille… Les autres, mais pas les miens ». Un avis bien tranché.

Advertisement

Á La Une