Connect with us

Divertissement

Alain Delon : « Je veux mourir », assure l’acteur au beau milieu de la guerre qui oppose ses trois enfants

Published

on

Le 12 juillet dernier, deux gendarmes de la section de recherches (SR) d’Orléans se sont introduits dans la propriété d’Alain Delon

à Douchy. C’est au début des années 70 que l’acteur de 88 ans a acquis cette somptueuse demeure où il a notamment élevé
Anouchka

et Alain-Fabien Delon. Un lieu paisible qu’il n’ouvrait qu’à quelques privilégiés comme Christophe Dechavanne et
Michel Drucker

.

Affaibli, le guépard s’était longuement entretenu avec les forces de l’ordre dans le cadre d’une enquête ouverte après les plaintes déposées par ses enfants à l’encontre d’
Hiromi Rollin
, sa dame de compagnie, qu’ils accusaient d' »abus de faiblesse« , « violences sur personnes vulnérables« , « harcèlement moral« , et « atteinte au secret des correspondances« .

Interrogé par les enquêteurs, le monstre sacré du cinéma avait soutenu sa progéniture envers et contre tout. « J’en suis heureux et fier […] Ils veulent qu’on arrête de me faire chier« , avait-il confié selon des informations révélées ce mardi 23 janvier 2024 par nos confrères du 
Parisien

Lire Aussi  Révélation : ce célèbre journaliste de France Télévision a affronté un cancer...

 d’après le contenu des investigations des gendarmes. Au moment des faits, il se disait « heureux d’avoir des enfants » auquel cas il se sentirait bien « seul ».

A voir également : Alain Delon : sa fille Anouchka publie une inquiétante photo en direct de l’hôpital

« La vie est finie »

Au cours de cet interrogatoire, les agents avaient eu beaucoup de mal à comprendre Alain Delon. « Il s’est assoupi à de nombreuses reprises ; il n’a pas été en mesure de faire des phrases construites […] Il n’a pas été en mesure de se lever seul de sa chaise et il se déplace très lentement et difficilement avec deux béquilles. »

Quelques jours plus tard, un médecin généraliste s’était rendu à Douchy pour ausculter l’acteur. Dans son rapport, il avait pointé du doigt le « moral faible » du patient qui aurait déclaré « vouloir mourir et que la vie est finie« . « Le dialogue est difficile et les réponses peu expressives, parfois en hochant la tête ou en levant le pouce de la main droite pour acquiescer », avait-il précisé avant d’évoquer « un état d’épuisement physique et psychique avec un risque suicidaire majeur ». Un état qui risque de se dégrader au vu de la situation actuelle qui oppose ses fils Anthony et Alain-Fabien à sa fille Anouchka.

Lire Aussi  Charles (Les Ch’tis) : sa reconversion interpelle les internautes

V.B

Advertisement
Advertisement

Á La Une