Connect with us

People

G-Squad : Chris Keller, le leader du groupe, lâche une bombe sur ses anciens camarades

Published

on

Ils ont chanté, se sont aimés pendant deux ans, de 1996 à 1998. Pour autant, les membres du groupe G-Squad ne semblent pas être en très bons termes, si l’on en croit les récentes révélations de Chris Keller.

Ils ont charmé petits et grands à l’aide de leurs voix et de leurs physiques avantageux. Mais les biceps étaient peut-être les seuls arguments véritables des cinq membres du boys band G-Squad. Star des années 1990, Chris Keller, Marlon, Gérald Jean-Laurent, Mika et Andrew Mac Carthy ont connu un succès fou grâce à des titres inoubliables, comme Aucune fille au monde, Raide dingue de toi ou encore Touché en plein coeur. Les capacités vocales de tous ces beaux jeunes hommes n’étaient, cela dit, pas pour grand chose dans cette gloire, si l’on en croit les déclarations de l’ancien leader musclé de cette formation musicale.

Ça a duré plusieurs années

Invité au micro de l’émission Morning sans filtre, de Virgin Radio le jeudi 29 septembre 2022, Chris Keller a effectivement révélé que ses camarades de l’époque n’étaient tout simplement pas mélomanes. Ni très doués, musicalement parlant. « Ils ne chantaient pas, a-t-il effectivement expliqué. Le problème c’est que quand tu chantes en playback pendant des années, parce que ça a duré plusieurs années, tu penses que tu chantes vraiment. » Et c’est ainsi qu’il a vécu une drôle de mésaventure, le jour où une de leur prestation avait été prévue au Canada sans enregistrement vocal au préalable. « Il fallait chanter tout en direct, se souvient-il. Là, ils ont ouvert le micro et tout le monde m’a regardé avec des yeux comme des billes parce que le son était pourri et que les mecs ne chantaient pas.« 

Lire Aussi  Léa François enceinte de son 2e bébé : confidences sur son compagnon Simon, un papa "super"

Depuis l’époque G-Squad, Chris Keller s’est trouvé de nouveaux camarades. Il a monté le groupe Génération Boys band et cartonne sur scène, depuis, avec ses grands copains Frank Delay, des 2be3, et Allan Theo. Ce n’est pas la première que l’on entend ce genre d’histoires, à propos des popstars les plus cultes des années 1990. Pour rappel, Victoria Beckham avait avoué qu’elle assurait toutes ses performances, auprès de ses camarades Spice Girls… avec un micro éteint. « Aucune fille au monde n’est plus belle », mais côté voix, c’était une autre histoire…

Á La Une